15/12/2006

Welcome in Laos

 

Salut tout le monde,

 

Voici mon premier message depuis le Laos... en espérant que ça passe, vu qu'Internet, c'est manifestement nouveau ici. Pour envoyer des photos, ça va encore être pire: il n'y a pas de port usb...

Je vous avais laissé avant mon départ pour Chiang Mai en bus. Devinez quoi? Ben oui, on est tombé en panne en pleine nuit. Le bus s'est arrêté 4 fois: la première fois, le chauffeur est descendu et a fait le tour de son véhicule avec une lampe de poche à la main en regardant sous le véhicule. Pas bon ça... Après 2 autres arrêts, il a étalé des journaux et s'est glissé sous le bus pendant une petite heure. Au total 2 heures de perdues mais on est arrivés à destination.

Je crois quand même que pour mes prochains voyages, je vais laisser mon imposante pharmacie et la remplacer par une trousse à outils pour réparer les bus, les avions, les tuk-tuk... Je crois que ça serait une excellente idée vu que mes relations sont meilleures avec St-Imodium (patron des estomacs européens) qu'avec St Christophe, le patron des voyageurs.

 

Thailande-Laos_010-Frontière Laos_S

A l'entrée de Chiang Mai des minibus nous ont chargés vers un hôtel où on nous "propose" des chambres. Certains avaient bien des réservations pour cet hôtel, mais à moi (et a quelques autres), on n'impose pas ce genre de truc.

Je me casse à travers la ville pour rejoindre le guest où nous étions il y a 15 ans et qui nous avait laisse un souvenir impérissable. Je trouve mais il est plein. Comme j'ai une photos de nous avec la patronne il y a 15 ans, elle redevient super sympa et me donne pleins de conseils. Elle m'envoie à un autre hôtel, plein aussi. Ca m'énerve et je me dis "pourquoi ne pas continuer vers Chiang Rai et la frontière laotienne tant que j'y suis". Ni une ni deux, taxi jusqu'au bus terminal et je prends un bus très correct pour Chiang Rai: 4h30 de plus, plus les 14 déjà effectuées, je suis super frais. Dans le bus, une fille seule s'inquiète car elle croit que je fais un malaise alors que je lutte simplement contre la somnolence. On discute le reste du (joli) trajet dans les montagnes. Elle est au coeur d'un voyage de 8 mois à travers l'Asie centrale et l'Asie du Sud-est. Vraiment passionnant.

 

Thailande-Laos_011-Frontière Laos_S

A l'arrivée, comme je n'avais rien cherché, je me pose au milieu du terminal pour lire mon Routard et trouver un hôtel.

Et là, directement, il y en a un qui me tape dans l'oeil: tuk-tuk pour s'y rendre et c'est le bonheur. Un hôtel au calme avec une grande terrasse couverte et une piscine (petite mais clean). En plus les chambres sont spacieuses et propres... pour 4 euros. Que vouloir de plus. Je m'installe et on m'explique: chaque chambre reçoit un carnet dans lequel on consigne nous même tout ce que nous devons payer. Le bar est ouvert, on va directement se servir et il y a en permanence du café et du thé. Il suffit de bien noter dans son journal de classe.

Il est 14h00 et pour éviter de sombrer je pars à pied en ville. C'est tellement plus calme que Bangkok....

Au retour, je lis un peu le journal local (Chloé, je n'arrive pas a mettre la main sur une DH ici) assis au bord de la piscine, les deux pieds dans l'eau.

 

Ensuite, je mange sur place, la cuisine familiale excellente et pas chère au milieu des autres routards et de la famille de l'hôtel. C'est sympa mais à 20h30 je me couche épuisé par ma nuit blanche et je m'endors direct jusqu'a 9h00 ce matin. Ma journée à Chiang Rai m'a réconcilié avec l'Asie. J'ai enfin retrouvé le plaisir du voyage avec des rencontres locales capables de proposer autre chose que de faire du commerce (bijoux, montres, costumes, putes, crapauds qui font croacroa...).

Ce matin donc, départ pour la frontière lao en bus. Le bus est minuscule et bourré et avec la meilleure volonté du monde, il n'y a pas moyen d'étendre ses jambes. Impossible si on fait plus d'1m60.

Sinon, le voyage se passe bien et à l'arrivée, je dois aider au débarquement de dizaines de sacs de nourriture et de caisses empilées sur mon sac à dos. Là, direction la frontière.

Tout se passe à une vitesse incroyable: frontière thaï, puis traversée du fleuve et douane lao, le tout en moins de 15 minutes.

Je trouve un hôtel correct toujours au même prix de 4 euros et ballade dans cette ville de Houeisa en plein triangle d'or. Ici, plus de harcèlement comme en Thaïlande, même les tuk tuk foutent la paix aux touristes, c'est incroyable. Par contre les rues sont en terre, pas d'Internet et aucune facilité. J'achète une bouteille d'eau et on me montre les billets que je dois sortir pour payer car peu de gens parlent anglais.

 

En discutant avec d'autres touristes, je change complètement mes plans: je ne descendrai pas plus bas que Ventiane, sinon ça va être la course et j'ai envie de voir le pays plutôt que de le traverser comme un fou. Demain, je partirai donc faire un trip d'un jour dans le coin, puis je descendrai le Mékong en 2 jours jusqu'à Luang Prabang dont j'ai entendu tellement de bien.

 Thailande-Laos_009-Frontière Laos_S

Avant de venir ici, je suis monté sur la colline du village pour voir le temple du coin et j'y suis resté plus d'une heure à discuter avec un moine de 25 ans super sympa. Géraldine, tu vas râler: j'ai plein de photos de bonzes... mais je t'en enverrai.

 

Portez vous tous bien et a très bientôt.

 

M. 

13/12/2006

La Dolce Vita

 

Sawat di khrap,

 

mon sejour à Bangkok touche à sa fin: dans 3 heures, je prends un bus de nuit (15 heures) pour Chiang Mai où je ne m'attarderai pas: j'ai hâte d'être au Laos maintenant.

 

Je commence à bien m'adapter à la chaleur et au décalage horaire, il est donc temps de se bouger un peu.

Thailande-Laos_004s

Dimanche, après avoir m'être installé, j'ai rencontré des Anglais, on a parlé foot et ils m'ont proposé de me joindre à eux pour regarder Chelsea-Arsenal live dans un café. Malgre ma pénurie de sommeil je les ai rejoint peu avant 23h00 (eh oui) pour suivre le match et, accessoirement, boire une bière. Maintenant je peux confirmer que moi qui ne boit quasi plus de jus de houblon depuis 2 ans, en y ajoutant la chaleur, la fatigue et le reste, j'étais pas vraiment frais à la fin du match... et pourtant j'ai dû boire 5 fois moins qu'eux. A l'hôtel, les étages ne sont pas vraiment indiqués (A-B-C-D  et un n° de chambre par étage). Je suis au C7 et j'ai vainement essayé de rentrer au B7... jusqu'au moment où un mec a demandé ce qui se passait. Là, j'ai décidé de monter voir plus haut si je n'y étais pas... et miracle: j'y étais.

 

Le lendemain, lever tardif (of course... mais ça doit surtout être le décalage horaire) et je pars chez Gulf Air de l'autre côté de la ville pour faire changer mon billet. A pied, je me rends compte que j'en ai pour 2 jours et un Thai m'explique comment y aller en bus: " you take the 511". Bon, j'obéis, je take le 511 et la contrôleuse me dit qu'elle est désolée mais qu'il faut prendre le 2. Sortie à l'arrêt suivant, j'attend le 2 et je sors à nouveau dès l'arrêt suivant: pas bon non plus, c'est le 37. Comme le 37 ne va pas où je veux et que j'ai déjà parcouru pas mal de distance (et surtout que je suis hors plan), je négocie une moto taxi qui était sur place pour aller où je veux. Le gars me refile un casque XXS alors que je voulais un XXL mais bon, on démarre (j'espère qu'il n'y a pas de photo). Il roule comme un dingue et je tape regulièrement du genou soit un rétro soit la carrosserie, mais tout le monde s'en fout. C'est nettement mieux que Disneyland: on a les sensations et en plus c'est pas cher.

 

Arrivé sur place, mauvaise nouvelle: plus de place avant le 15 janvier, contrairement à ce que l'agence de Paris m'avait dit ("pas de problème pour changer sur place, ne vous inquiétez pas". Quelle compagnie de merde)

Bon, je suis sur une liste d'attente pour un vol entre le 2  et le 6 janvier. On verra bien. Dans le pire des cas, je vais le 3 ou le 4 jamvier a l'aéroport et j'achète le premier vol possible pour la France, l'Angleterre ou l'Allemagne. On verra bien, même si ca va me gâcher un peu mon plaisir. Mais bon...

 

Après ça, je me suis balade à l'aventure dans les rues de la ville: sympa malgré les ampoules que j'ai aux pieds depuis Bahrain (les chaussures de marche + les grosses chaussettes sales, c'est pas l'idéal par plus de 30 degrés) et le fait qu'elles se multiplient ( j'ai bientôt assez d'ampoules pour éclairer toute une maison). Un mec que je croise me met quasi de force dans un tuk-tuk qu'il négocie pour aller à l'office de tourisme thai. Le tuk tuk m'attend et me dit que pour la somme négociée, il me ramène à l'hôtel... mais qu'on va s'arrêter chez un tailleur, puis, un bijoutier, puis un export center. Il ne veut rien entendre: je saute donc du tuk-tuk en lui payant la premiere partie de la course. Tous les mêmes.

Thailande-Laos_008_S

Je finis par rentrer en bus pour 0,15 euros mais en mettant plus d'1 heure. Toute cette ville est complètement engorgée. Et dire que depuis dimanche c'est la fête du roi et que c'est férié ici... C'est inimaginable: en transpirant (et oui, il fait chaud), vous passez la main sur le front (vaste chez moi) et elle est couverte de particules noires. Ca doit etre chouette dans les poumons...

 

A Khao San Road, je retrouve mes petites habitudes: tout y est fait pour le bien être du touriste. C'est pas ce que je préfère, mais bon, autant en profiter. Dans la rues, il y a des tas de petites charettes où vous pouvez acheter de la nourriture succulente pour le dixieme du prix d'un sandwich chez nous: soupes, nouilles sautées, satés,... C'est délicieux... Le soir, je prends mon seul repas du jour et j'ai découvert une gargotte qui devient mon stamcafe: excellent et pas cher: pour 2 euros, vous faites un festin et si vous en ajoutez un troisieme vous avez droit a un dessert de roi: sticky rice with coconutmilk and sweet mangoo. Un délice...

 

Je retrouve deux françaises du même avion et du même hôtel que moi. Elles sont esthéticiennes et viennent à Bangkok pour suivre des cours de massage en vue de se diversifier. On va bien sûr boire une bière et on fixe rendez vous a mardi soir pour aller manger ensemble... apres l'école.

 

Mardi, apres avoir traité ma collection d'ampoules, je pars visiter les plus beaux temples de Bangkok (Wat Pho et Wat Phra Kaeo). Sur la route, je me fais rattraper par un prof d'école qui me conseille d'aller voir 2 autres temples avant: il négocie le tuk-tuk (pas cher) et je vais voir un bouddha géant de plus de 15 mètres (superbe et impressionnant) et le Lucky Bouddha... à qui je demande un billet d'avion pour le 5 ou le 6 janvier et si possible, une place au hublot... On verra bien.

Thailande-Laos_005sThailande-Laos_003s

Ensuite visite des superbes temples et pleins de photos. retour à l'aise a pied et souper avec les deux demoiselles. On finit par découvrir un petit coin de paradis isolé pour boire un verre et on fait la chasse aux banana pancakes pour finir la soirée en beauté. Chouettes filles et chouette soirée: j'espere les revoir au retour.

Thailande-Laos_006_S

Aujourd'hui, j'ai fait mon check out, j'ai cherche un nouveau petit sac à dos vu que le mien tombe en lambeaux et je me suis baladé dans le coin. C'était sympa.

Maintenant je dois encore aller manger un morceau et puis on verra à quoi ressemble le bus VIP comme ils disent. Vu qu'il y a la clim, j'ai sorti mes vêtements d'hiver car ça va cailler grave, je les connais.

 

Pour Beb et Rosario: vous ne reconnaitriez plus le quartier. La petite rue de routard est devenue une sorte de Rue Neuve entourée de pleins de petites rue dediées aux touristes. On est vraiment dans une sorte de ghetto où on trouve de tout. C'est incroyable.


Là-dessus je vous laisse en espérant que Terence arrive a mettre les photos que je lui ai envoyées sur le blog.


Le prochain message sera surement envoyé du Laos.


Portez vous bien et à bientot (si je trouve un avion),


Michel, SDF à Bangkok

 

 

 

10/12/2006

z'auriez 5 litres de fuel pour mon avion?

 

Salut tout le monde,

 

Il est 14h00 à Bangkok ce dimanche et il doit être 8h00 en Europe... et j'arrive enfin.

Je savais que je ne vivais pas une extraordinaire histoire d'amour avec les transports, surtout aériens, mais à ce point là...

 

Reprenons depuis le début: vendredi matin, trajet sans problème en Thalys jusqu'à Paris et check-in juste dans les temps malgré le délai ultra court que je m'étais octroyé. Le temps est exécrable... et je ne savais pas encore à quel point. L'embarquement est lent et l'avion est prêt a décoller à 12h00 avec 1/2 heure de retard. C'est là que ça se corse comme disait Tino Rossi: trop de vent, on ne décolle pas... mais on ne sort pas de l'avion non plus. 3 heures à attendre jusqu'au moment où le vent se calme (au contraire des passagers).

 

Barein_01s

C'est le moment choisi pour nous apprendre qu'on manque de fuel pour atteindre Bahreïn, que la commande est passée mais qu'on est 20e sur la liste et qu'il faut attendre... Certains sont sur le point de péter un câble. 2 heures30 plus tard, on décolle enfin (il est 18h00 au lieu de 11h30). En plus, on a rien reçu à manger (les fours ne fonctionnent qu'en vol, je suppose) à part une tartine pré-emballée et dégueulasse. Comme nous sommes nombreux à avoir une connexion pour Bangkok à partir de Bahrain, on espère qu'ils s'occupent de tout. Dreamer... Arrivée à Bahrain, on fait 2 heures de file pour recevoir un carton d'embarquement pour le vol du lendemain soir... et une autre heure de file pour obtenir un passe pour le visa et l'hôtel à Bahreïn. Le visa précise bien qu'on ne peut rester que 24h00 et qu'on ne peut surtout pas chercher un boulot. T'inquiète, mon loulou, nous, on rêve juste de se casser rapidos. Je reste avec 2 filles rencontrées durant le trajet: elles viennent de St Louis et l'une d'elles a été présidente du même cercle d'étudiants que moi... 22 après. Ca ne me rajeunit pas surtout que ma voisine pakistanaise dans l'avion me demande si elle est ma fille. Sympa.

 

Barein_02b

On se retrouve finalement dans un hôtel à moitié correct à 3h00 du mat, pas trop frais. Entre-temps on essaye de me caser dans une chambre avec un vieux français qui part rejoindre sa jeune "compagne" thaï pour 3 mois. No comment... Je ne me laisse pas faire et j'ai ma single room où je m'écroule jusqu'à 9h00 pour le breakfast avec les filles. Une des deux retourne dans ses plumes et je pars me balader dans Bahreïn avec la seconde (les ex-présidents de cercle sont plus résistants).

 

Bahrain, c'est un énorme chantier qui se prépare à accueillir des businessmen du monde entier. Ils essayent donc de copier Dubaï en construisant des tours plus spectaculaires les unes que les autres. A part ça, il n'y a rien a faire, juste un vieux village arabe ou il n'est pas aisé de se déplacer sans attirer tout les regards quand on est accompagne d'une jolie fille, pas voilée.

 

Barein_03s

L'après-midi on repart a 4 avec le vieux libidineux et il nous arrive un truc de fous. On voit un superbe palace et face à l'entrée une des filles fait une photo. Grave erreur: c'était le palais royal et un garde excité et armé sort comme un fou de sa cahute. Il veut embarquer la fille, puis tout le monde. Il exige nos passeports (que la réception de l'hôtel a conservés). Bref, on est dans la merde. Il appelle son chef qui n'est pas le roi mais bien un officier qui est très sympa, vérifie que le photo est effacée et nous laisse partir à la grande fureur du gardien.

 

Le soir, après avoir pris nos 3 repas offerts par Gulf Air, on repart à l'aéroport où notre avion est retardé de 2h45 finalement car cette fois-ci on attend l'avion venant de Paris et qui a eu du retard: après 40 minutes de vol il est retournés à Roissy pour réparer une avarie. Un petit coup de clé de 12 plus tard les passagers sont repartis dans le même avion. Bonjour la confiance.

 

Notre avion du jour est aussi merdique que la veille: sièges défoncés, aucune place pour les jambes, les écouteurs sont à moitié foutus, les écrans de TV aussi (et ils ne sont pas individuels). En plus le catering est nul et les hôtesses aussi souriantes qu'un ayatollah en plein ramadan. We love Gulf Air. 

 

On finit quand même par arriver dans le tout nouvel aéroport de Bangkok (ouvert depuis un mois) et là, pour tous les partants du vendredi c'est l'angoisse: est-ce que nos bagages ont suivi, vu qu'on n'a pas pu les récupérer durant notre escale. Miracle: tout est là. On y croit à peine.

 

Passés les habituels taxis à des tarifs prohibitifs, je pars suivi d'un groupe de français bilingues ( français - français... et encore) pour prendre une navette locale pour Khao San Road le quartier routard ou nous étions venu en 92 ( ça nous rajeunit pas non plus, hein Beb) et en plus je retrouve notre hôtel où je prends direct une chambre à 6 euros avec douche (froide mais je m'en fous il fait plus de 30 degrés).

 

Maintenant je vais aller pieuter (il est presque 15h) pour me lever à 23 heures ce soir et aller voir avec des anglais que je viens de rencontrer le match Arsenal-Chelsea. Ca va être chaud!

 

Demain je dois aller chez Gulf Air pour changer mon billet de retour (voir message de jeudi) et je crois que si je veux être à Bruxelles le 8 janvier, je vais devoir partir le 27 décembre et passer mon nouvel an à Bahrain... Merci Gulf Air.

 

Je voudrais aussi passer à l'ambassade du Laos car je ne sais pas si tous les postes frontières sont ouverts pour le moment.

 

Là-dessus je vous laisse. Passez un bon dimanche, ne prenez pas froid (je dégouline déjà ici) et portez vous bien.

 

Je vous enverrai sûrement un autre message avant de quitter Bangkok.

 

Sorry pour l'absence d'accent mais ils sont toujours en option ici (Terence, si tu t'ennuies, tu peux corriger, merci d'avoir déjà supprime les drapeaux inutiles. Et voilà qui est fait ;-)).

 

J'attends de vos nouvelles.

 

Michel, transporteur aérien

 

07/12/2006

J-1: j'espère que je n'oublie rien!

 

Salut tout le monde,

 

voilà, il est presque 22h30 et mon sac commence à ressembler à quelque chose! Demain à l'aube, je pars pour Paris afin de m'envoler pour un mois en Thaïlande puis au Laos.

 

Ceux qui n'ont pas eu de mes nouvelles ces dernières semaines seront surpris de voir que mon voyage a considérablement été réduit et que je ferai l'impasse sur le Cambodge et (surtout) sur le VietNam... et le nouvel an vietnamien que je vais louper pour la troisième fois!

 

En fait, après 15 ans de (relative) galère professionnelle, j'ai enfin trouvé un boulot qui me comble! Il y a 3 semaines que j'ai commencé aux Relations Publiques de la même institution où j'étais "employé" (et le terme est faible) dans les assurances. Mais à part le nom de la banque, rien n'est pareil: j'ai vraiment trouvé ce que je cherchais et le plaisir procuré par le travail (et du travail, ce n'est pas ce qui manque!) m'a même fait hésité à partir. Tout ça pour dire que cette année, il ne faudra sans doute pas utiliser de baillonnette pour me faire grimper dans l'avion du retour. Mais après quasiment deux ans sans voyage, le plaisir de repartir reste intact (il faut pas exagérer quand même) et j'ai hâte de me retrouver sur les routes laotiennes.

 

A l'heure qu'il est, je n'ai encore aucune idée de mon futur trajet, mais les 14 heures de vol et l'escale à Bahrain devraient me permettre de me faire une première idée de ce que je vais faire. Pour le moment, le but est de ne rien oublier d'essentiel... et principalement mon passeport et mon ticket d'avion, vu que je décolle de Paris.

 

Dans la mesure des possibilités, je vous tiendrai au courant de mes pérégrinations et des péripéties de mon voyage. Il est même possible que j'envoie quelques photos, mais bon, on verra où en sont les connexions internet au Laos.

 

Je vous souhaite d'ores et déjà une excellente fin d'année 2006 et surtout de bons examens (beurk) aux étudiants!

 

Là-dessus, je vais me coucher et je sais déjà que je vais me lever 20 fois cette nuit pour ajouter quelque chose à mon sac qui est à moitié plein (contrairement à certains copains qui , à la lecture de leurs messages de ce soir, semblent être bien pleins!). De toute façon, toute la place restante sera occupée par des petits jouets reçus d'une amie pour être distribués au Laos (je crois que son mari jouait plus avec les peluches que ses filles, alors forcément...).

 

N'hésitez pas à me donner de vos nouvelles (il y a un bouton adéquat sur la gauche du blog): ça fait toujours plaisir quand on voyage seul et qu'on est loin de chez soi.

 

A priori, si vous n'entendez pas qu'un avion de Gulf Air est porté disparu d'ici là, vous devriez avoir de mes nouvelles depuis Bangkok dès ce week-end.

 

Bonne fin de semaine à tous et bonne chance pour tous les événements de cette fin de semaine (et de la semaine prochaine aussi d'ailleurs) à mes collègues (n'oublier pas de nourrir le méchant chien!)

 

A+

 

Michel

 

14/11/2006

Nouvelles photos à découvrir...

Inde_2003_029b