15/11/2008

"It's wintertime"

 

Salut à tous,

Voici donc une première semaine de voyage qui touche à sa fin. La vie de routard en Thaïlande, ce n'est pas une sinécure: tout y est tellement facile, qu'on a parfois l'impression de chercher ses marques.

A coté de ca, on voit des choses superbes, les gens sont hyper accueillants et la nourriture est divine jusque dans les plus petits boui-boui dans les rues ou sur les marchés.

Nous avons très vite quitté Bangkok pour aller sur Kanchanaburi. C'est quoi ca? Et ben c'est tout simplement une ville traversée par la rivière Kwai sur laquelle des prisonniers ont construit un pont durant la 2ème guerre mondiale. La région ne se limite pas qu’à ce pont et nous avons pu y découvrir de chouettes choses en dehors des routes touristiques traditionnelles. En vélo, nous avons visité la ville et tous les souvenirs liés à la présence de l'armée japonaise.

Nous nous sommes surtout rendus à un temple au nom imprononçable que tout le monde connait sous le nom de Temple des Tigres. En fait, des moines ont commencé à élever des bébés tigres qu'ils ont recueillis et qu’ils ont habitués à la compagnie des hommes (et des femmes d'ailleurs...). Les visiteurs, après avoir fait une "donation" (qui est belle et bien un droit d'entrée prohibitif) peuvent se faire photographier au coté des gros minets!

Michel TigresMichel Tigres

Impressionnant même si on sent que le truc est en train de devenir un gros business bien juteux. M'en fous: j'ai mes photos avec les tigres. Les moines prétendent que c'est leur éducation qui les rend dociles, d'autres disent que c'est parce qu'ils sont nourris avec de la viande cuite pour ne pas les inciter à manger les visiteurs (et les visiteuses aussi d'ailleurs). Ca serait gênant pour l'image de marque des moines... Terence, dès que possible, je t'envoie les photos prises là-bas: elles sont sympas.

Le deuxième jour à Kanchanaburi, nous avons loué des mobylettes avec un copain de Christelle qui nous a rejoint et nous sommes partis dans un parc national à 65 kms de la ville pour y voir de sublimes cascades sur 7 niveaux.

Cascades

Chouette balade et chouette ascension de 2 heures sous un soleil torride que nous supportons parfois difficilement. Nous sommes arrivés à Bangkok sous la pluie et l'orage a cessé quand nous sommes montés dans le bus. Depuis, le ciel est de plus en plus bleu et le thermomètre grimpe. Malgré cela, la louseuse de motos de Kanchanaburi nous a montre qu'elle grelotait malgré son petit gilet. Elle a ajoute en anglais parfait: "very cold. It's wintertime." Ils sont inquiétants avec leurs vestes et parfois leurs cagoules... Faut dire que la météo annonce 18 degrés... la nuit et 29 la journée. Je vais lui en montrer des journées d'hiver sur Bruxelles, moi.

Après Kanchanaburi, nous sommes partis à Ayuttahya au nord de Bangkok. Ancienne capitale du Siam, je l'avais visite en tuk-tuk il y a 16 ans mais cette fois ci nous avons loue des vélos (0,75 euros, ça entre dans mon budget) et nous avons passé une excellente journée parmi les ruines de cette ville. Le midi nous nous sommes arrêtés à une guinguette près d'un temple où nous avons commandé 4 plats pour 3 en nous basant sur ce que les locaux avaient dans leurs assiettes. C'était excellent et nous avons tous les trois paye 1 euro pour ces mets succulents.

A Kanchanaburi, nous sommes allés manger une fondue un soir en plein air. Même principe que la fondue bourguignonne sauf qu'ont met absolument ce qu'on veut dans le bouillon: légumes, piments, ail, viande, poissons, crustacés,... Tout ca étant à volonté, on a fait bombance. Ce fut certainement un des plus chouette repas que j'ai pris en Asie... pour 2,1 euros. Vu ce qu'on a mangé, il a intérêt a avoir les calamars et les scampis a un bon prix, sinon, on l'a ruiné...

FondueFondue


Aujourd'hui, je devais remonter vers le nord avec mes deux compagnons de voyage, mais j'ai profite de l'arrivée de Dan, pour partir tout seul de mon coté, avec un rendez-vous fixe dans 6 jours à Surin, dans l'est du pays pour assister à un festival de l'éléphant (ça me changera du festival de conneries sur mon mur dans Facebook, hein les gars? :-)  ).

Plusieurs choses me gênent en Thaïlande, même si j'adore ce pays. D'abord, tout y est trop facile: vous sortez d'un bus au milieu de nulle part et tout le monde vous indique où aller. Même pas un peu de stress. La recherche d'hôtel est super simple et en plus même pour pas cher, tout est nickel. Aujourd'hui, je suis a Lopburi, j'ai un hôtel pour 6 euros avec AC et télévision (je pourrai suivre le foot anglais ce soir). La chambre est parfaite. Heu, entendons nous bien: je parle de MES critères. Je connais quelqu'un qui ne la louerait même pas pour y laisser ses cravates Hermès pour une nuit.

Je vous laisse, car je dois aller trouver un service laundry sinon, demain je devrais m'acheter un t-shirt avec un dragon fluo car je n'aurai plus rien d'à moitié propre à me mettre. Sauf si on m'envoie quelques cravates Hermès.

Bon week-end à tout le monde. Vu que je reste ici demain, j'essayerai de poster un autre message demain pour me mettre à jour.

Saluti,

M.

09/11/2008

N'allez pas tous chez Decathlon pour vos sacs à dos

Salut à tous,

Nous sommes arrivés hier soir à Bangkok après une escale à Abu Dhabi et un vol sans histoire.

Arrivés à Bangkok, nous avons fait une file monstrueuse à l'immigration de sorte que nous sommes arrivés après nos bagages. On prend nos sacs et en route en bus pour Khao San Road et les petits hôtels. On retourne directement à celui que je connais et comme on creve la dalle, on part se faire un petit gueuleton. Après ça, on profite de la douceur de la soiree, un saut rapide sur le net et retour a la chambre pour une bonne douche.

C'est là que ça se corse comme disait Napoleon: j'ouvre mon sac... et justement ce n'est pas mon sac. Y'a juste que le gars a le même sac et quasi le meme short ajouté au dessus au dernier moment. Pour seule info, je sais qu'il est belge (vu les notices de medocs bilingues). Son nom figure sur l'étiquette de bagages: Doreux.

Nuit blanche à l'idée de ne rien recupérer et ce matin en route pour l'aéroport avec ce sac à la con. Là, je fais le tour de la police, airport security, lost luggage pour aboutir à un comptoir de la Lufthansa... alors que je vole avec Emithad.

La fille est desolée et m'explique que mon sac a été ramené à 3 h du mat mais que sa collegue l'a renvoyé à la guest house où il fallait envoyer son sac si "on" le ramenait. Sa tête quand il a vu mon sac revenir... En plus les filles font des problèmes pcq je parle d'un Mister Doreux alors qu'elles ont un Mister Stephane.

En attendant, on retrouve la collegue (very sorry, mister, very sorry) qui retrouve le nom de la guest que la fille appelle. Mon copain Doreux est en ballade mais ils rappellent dès son retour. Après 40 longues minutes d'angoisse, ils ont mis la main sur lui et ils me le passent. On convient qu'il ne bouge surtout pas, je prends note de l'adresse et je repars avec ce fichu sac.

Je passe d'abord au depart des bus et une fille m'explique comment atteindre cette guest house. 1h30 de trajet et j'arrive dans le bon quartier et je retrouve mon ami Stephane: j'ai jamais été aussi content de retrouver un mec que je ne connaissais pas.

Voila, je viens de revenir en bus local à mon hotel avec mon sac. Mais je peux vous dire qu'il y a deux belges qui ont passé 15 heures très difficiles à Bangkok...

Là dessus, je vous laisse car je compte peindre mon sac en rose fluo avec des lignes mauves (à la memoire du resultat d'Anderlecht hier soir) pour ne plus jamais le confondre.

Bonne fin de week-end pour ceux qui travaillent demain.

M.