06/03/2011

Jaipur express

Bonjour à tous,

Après la soirée à la frontière pakistanaise, j'ai encore passé 2 jours complets à Amritsar.
Chouettes balades en ville et quelques visites intéressantes, dont un parc célèbre pour une tuerie perpétrée par l'armée britannique en 1913. En fait, sous l'influence de Gandhi les Indiens refusaient d'obéir aux anglais et à Amritsar, ils se regroupaient dans un parc de la ville sans armes évidemment. Les Anglais sont arrivés, ont bloqué l'entrée et tiré dans le tas, d'où plus de 400 morts en 3 minutes. Cette scène figure dans l'excellent film Gandhi. Le site est très bien fait et très émouvant.

Durant mes promenades, j'ai trouve un super réveil de voyage électronique (donc silencieux) et en plus avec une sonnerie pas possible capable de réveiller n'importe qui... L'autre brol a été offert en cadeau au gardien de l'hôtel d'Amritsar pour services rendus.

Après ca, vient mon retour d'Amritsar vers Delhi et le Rajasthan. Je me rends donc à la gare, confiant malgré mon ticket waiting list. Je suis d'abord baladé d'un bureau à l'autre avant qu'on me dise d'attendre le chef de train. Manque de bol, il me confirme que je reste sur la waiting list et donc que je ne peux pas embarquer.
Furieux (surtout pour avoir perdu 2 jours), je sors de la gare, car j'avais vu sur la route des sociétés privées de bus qui proposaient des trajets. Je passe d'abord ma colère sur les rickshaw (c'étaient les premiers sur mon chemin) et je finis par me mettre d'accord avec un vélo rickshaw qui a l'air d'avoir 110 ans. En plus, quand il pédale, je me rends compte qu'il les a ses 110 ans: il avance pas. En plus, plus je lui explique où je veux aller, moins il comprend.
Je lui dis donc d'aller au Temple d'Or et comme c'est sur la route je l'arrêterai.

Finalement quand je lui dis de me déposer, on est en descente et en plus il ne pige pas car il croit que je veux voir le Golden Temple. Bref, il s'arrête à 300m de là où il fallait mais je ne veux plus discuter et je remonte à pied.

Pas de bol, toutes les agences sont fermées sauf une qui fait aussi resto. Je lui demande un bus pour Delhi, il téléphone 10 minutes pour me dire qu'il n'a plus de sleeper mais uniquement des places assises, ce qui ne va pas du tout du tout du tout. J'insiste, il rappelle et hop, j'ai un sleeper pour Delhi. Super. J'attends dans le resto qui est vraiment un endroit sale et dégueulasse mais les gens sont très gentils. Je me contente de boire un coca car le reste, j'ai peur d'attraper une tourista rien qu'en regardant. C'est vraiment un des pires endroits que j'ai vu au niveau hygiène...

Le bus arrive. Normalement, le stop est à la gare mais il fait un détour pour venir me chercher avant d'y aller. Je m'installe sur ma couchette qui ressemble en fait à un cercueil mais bon, je serai couché tout le voyage, c'est déjà ça. Je déploie mes
affaires et arrivés à la gare, la foule débarque. En fait ces bus sont aménagés d'un coté avec des lits d'1m75 environ dans une boite sur deux niveaux et de l'autre côté, il y a deux sièges côte à côte et au dessus des couchettes doubles. C'est pas terrible mais c'est mieux que les bus gouvernementaux.

Je suis installé avec un ramdam pas possible dans le couloir quand un petit excité ouvre ma chambre et hurle que je suis sur son lit. On discute car je dis que c'est moi qui suis là, je lui confirme que le chef du bus m'a installé là et je refuse de bouger.
Il s'excite de plus en plus, me tirant par le bras, puis s'en prenant à mon sac mais les deux sont trop lourds pour ce nain de jardin qui est en train de refaire grimper la température. Je rêve de jouer à l'hélicoptère avec ce con dans le rôle des pales avant de l'envoyer hors du bus la tête la première. Finalement je me lève et heureusement le chef de bus arrive, me fait signe de me recoucher et continue à discuter avec mon pote pendant un temps fou. Je me dis que c'est sans doute moi qui ait reçu sa couchette quand j'ai insisté à l'agence de mon resto gastronomique.

Résultat, le lendemain à 6h30, on entre dans Delhi et c'est toujours un spectacle glauque et étonnant de voir les gens se réveiller par centaines le long des trottoirs.

Delhi AM.jpg

Arrivé au terminus, je ne sais pas quoi faire et je demande à un rickshaw s'il y a des bus pour
Jaipur (tant qu'on y est) et le gars me dépose direct à une agence pour 10 Rps. Ca veut dire qu'il aura sa commission mais je m'en fous.

Finalement, 15 minutes après être descendu de mon bus d'Amritsar, je suis en route pour Jaipur. Bon timing, même si au total j’aurai fait 16 heures de bus à la suite. Le trajet se passe sans problème même si la route Delhi-Jaipur est en travaux sur toute sa longueur, soit 250 kms. En plus quand on voit la circulation, il faut vraiment être dingue pour rouler dans ce pays. Non seulement la route est dans un état épouvantable mais en plus il y a des gens partout (normal: c'est l'Inde), ainsi que des tracteurs, des chars à bœufs, des vaches (j'ai dit que c'était l'Inde), des singes, des girafes, des ânes, des chevaux, des cochons sauvages, des chiens et au Rajasthan, des chameaux.

Rajasthan.jpg

Bref, le trajet dure 5h30 et arrivé à Jaipur, je me dis que je mérite bien un bon hôtel que je repère sur mon plan. Malheureusement, je ne sais pas où je suis dans la ville et donc je prends un velo-rickshaw. A Jaipur, ils ont la réputation d'être des voleurs de la pire espèce. Je me méfie donc deux fois plus quand je commence à vouloir discuter le prix de la course et qu'il ne veut rien entendre. Je sais qu'il va essayer de me plumer.
J'ai l'impression qu'il tourne en rond et finalement me dépose en disant que c'est 300 Rps pour un trajet qui en vaut 20 ou 30. Je ne m'énerve pas mais je lui tends 30 Rps qu'il refuse. J'étale les billets sur son siège et je traverse l'avenue. Peu de chance qu'il me suive.

Je me renseigne pour l'hôtel mais les rickshaw me disent tous que c'est 20 Rps: je sais donc que je suis tout prêt mais c'est tout. Il y en a un qui me suis et descends à 10: ok, je suis sur la bonne voie. A un moment, il devient agressif et me barre la route en me disant 20 Rps. En fait, je ne vois qu'au moment où je force le passage que je suis DEVANT l'hôtel et ce salopard me demandait encore de l'argent...

L'hôtel est superbe et il leur reste une chambre... mais cher: 19 euros alors que ma dépense moyenne est de 7 ou 8 euros par nuit. Finalement je craque et je m'installe dans ce super hôtel qui n'a rien à voir avec les autres. Déjà, ici, les draps sont nickels...

Le soir, je me paye une bouffe dans un super resto spécialiste en viande tandoori. Ca me change d'Amritsar où j'ai mangé uniquement végétarien.

Tandoori.jpg

Après ca, je regarde la télé sur un super écran plat: il y a du catch... mais ils ont tous des cheveux longs...
Entretemps, je suis passé à la gare pour prendre un billet pour le lendemain pour Kota, ma destination de départ à partir d'Amritsar.

Pour terminer, je voudrais dire qu'il n'y a pas de girafes sur la route de Jaipur mais je voulais voir qui faisait attention...

Bonne soirée

Michel

 

Commentaires

Très heureux que tu prennes un mégapied !Un peu envieux aussi!
A te lire,ça doit être l' enfer pour les clients chez ING quand il faut discuter le prix !En fait, tu devrais dire à ton boss qu'en Inde, tu fais du training pour encore mieux négocier les prix...
Vivement tes photos!
Ici, fait beau depuis 3 j, 4-5° C, il pleut ds 2-3 jours, le roi a tapé un négociateur flamand en piste ( Wouter Beke ),un mec a été flashé à 287 km/h sur la RN25, Tonton Bernie a eu une autre lubie : arroser les pistes de manière aléatoire, pour pimenter les courses... Bref, rien d' important.
PROFITE+++,GRAUSSES BISES !!!

Écrit par : Le doc | 07/03/2011

Les commentaires sont fermés.