13/11/2007

On ne circule pas le 15 aout...

 

 

Hello Belgium,

Quel plaisir de se lever le lundi matin, de passer sur Internet et de lire que le Beerschot a gagné...

Bref, revenons à mon périple.

J'ai donc quitté Goa samedi passé pour rejoindre Ernakulam et Kochi dans le Kerala. En achetant mon billet, j'avais bien remarqué que j'étais à nouveau sur la waiting list, mais je n'étais pas inquiet vu la façon dont ça avait fonctionne la première fois.

Je suis donc arrive très confiant à la gare de Margao après un double voyage en bus local sans rien de particulier: on voit toujours la route à travers le sol du bus et on continue à circuler à 70 dans des bus prévus pour 25 personnes, mais bon, c'est la routine.

A la gare, beaucoup de monde vu que le train quittant Goa vers Mumbai est dans les mêmes heures que le mien qui part vers le sud. Vu que j'ai presque 3 heures d'avance, je laisse mon énorme sac à dos à la consigne pour 0,15 EURO pour 24 heures: ça devrait aller...

Je mange quelques trucs locaux achetés à des marchands ambulants et tout va bien jusqu'a ce que je monte dans le train: là, pas une seule place libre. Le contrôleur me conseille d'essayer de trouver une place qui resterait libre ... mais il ne me laisse que peu d'espoir. Je traverse le train dans tous les sens avec un couple de polonais (dont la fille râle à mort comme si c'était la faute de son copain qu'il n'y avait plus de place). Finalement, épuisé et transpirant comme un malade, j'abandonne et je m'assieds sur mon sac dans un sas à coté des toilettes. Directement, un groupe de jeunes keralais de retour du week-end prolonge à Goa me rejoignent. Un mec qui passe me demande ce que je fous la et quand je lui explique, il commence carrément à m'engueuler en me disant que c'est le WE de retour des 4 jours du Diwali et que tous les Indiens sont sur les routes pour rentrer. Il me demande si en Europe, je voyagerais sans réservation durant la plus grosse semaine de congé de l'année. Comme je suis très poli, je ne lui dit pas que je ne voyage pas le 15 août pour 2 raisons: primo, je prends tous mes congés pour venir en Inde et secundo, je me vois mal partir 15 jours avant le grand prix de Spa, mais bon, c'est trop compliqué, je laisse passer l'orage.

Comme les Indiens adorent la promiscuité, je me retrouve coincé dans un renfoncement faisant la taille d'une cabine téléphonique, avec 2 jeunes mecs, assis sur nos sacs, appuyés les uns sur les autres en train (c'est le cas de le dire) d'essayer de trouver le sommeil. Les Indiens s'endorment instantanément avec la tête d'un des deux appuyée sur mon bassin. Au bout d'un moment, j'ai des crampes partout et je me lève. Courage: j'en ai juste pour 14 heures à tirer. Vers 23 heures (on roule depuis 3 heures), un mec me propose sa couchette, me montrant qu'il va rester à discuter avec son pote sur celle du dessous. Je grimpe en le remerciant dans toutes les langues que je connais. Je dois prendre mes sacs avec moi vu qu'il n'y a plus de place sous les banquettes et malgré le bruit, la chaleur et les odeurs, je m'endors en 3 minutes... pour être réveillé au bout d'1/2 heure par le contrôleur. Je comprends que le mec qui m'a laisse sa couchette est descendu du train et que celui qui est monte voudrait bien profiter de sa réservation. Quand le TT allume toutes les lampes et que l'autre mec constate qu'il s'agit d'un occidental, il me fait signe de ne pas bouger. Je ne pige rien mais j'obtempère. Finalement, il me propose de  partager la couchette "à l'indienne": chacun assis d'un cote avec nos jambes croisées au milieu. C'est mieux que rien: je le remercie, je m'installe le mieux possible avec toujours mon sac dans le dos: on ne peut pas dire qu'on a beaucoup de place, mais c'est ça ou retour à la cabine téléphonique hyper éclairée.

Je dors tant bien que mal et à 4h30, je constate que des tas de gens descendent sans être remplacés: je profite donc d'une vraie couchette pour moi tout seul avant qu'à 6h00, les Indiens ne commencent à se lever. Et des Indiens qui se lèvent, ça fait du bruit, croyez moi. J'arrive finalement à destination... où je me précipite vers le bureaux des réservations pour avoir un billet Goa-Mumbai pour le 27 novembre pour être à temps pour mon avion.

Il ne me reste donc plus qu'a remonter à mon aise en m'arrêtant dans toutes les villes que j'ai loupées lors de mon précédant voyage dans la région. Je crois que je vais zigzaguer pas mal entre les Ghats Occidentaux (chaîne de montagne parallèle à la côte) et le cote justement.

Hier soir je suis allé voir un spectacle de Kathakali, sorte de mix entre le théâtre, le mime, la dance, les sports de combats et le chant. Bref un truc étonnant: on arrive a 17h pour voir les acteurs se maquiller pendant 1h30 et puis il y a 1h30 de spectacle proprement dit. Vous verrez les photos, c'est naif et impressionnant. Je me retrouve avec un groupe de flamands avec lesquels je discute un moment. Ils me disent qu'ils voyagent quasi en individuel mais ils n'ont pas trop le look "routard": je les imaginais plutôt sur une terrasse à Blankenberge en train de boire une triple Westmalle en ne restant pas trop longtemps car le chien était reste dans la caravane (si vous voyez ce que je veux dire). En sortant du spectacle, je constate qu'un bus A.C. les attend: si c'est ça voyager en individuel.

Hier soir en rentrant à l'hôtel, je signale que je me casse aujourd'hui pour Allepey et je commence mon sac à dos. Je pouvais faire les backwaters à partir de Kochi, mais rien ne me retenant ici, je me dis que c'est pas plus mal de changer de crèmerie et de partir du milieu des backwaters.

Ce matin, en sortant de ma douche, je trouve un papier sous ma porte de la part d'ursula et de sa copine allemande disant qu'elles sont venues me rejoindre. OK, je file à la réception pour annuler mon départ et je retrouve les filles avec lesquelles j'ai passé une chouette journée en vélo autour des marchands d'épices sur les quais du port parmi les effluves de cardamone, coriandre, vanille, cumin ou curcuma (pour les deux derniers je ne sais pas ce que sa sent, mais comme je l'ai lu dans les livres...).

Demain, je les emmène dans un tours des backwaters comme j'en avais envie: en dehors des gros trajets touristiques avec une barque sans moteur: pour ce que je paye, ils peuvent ramer...

Après, Ursula rentre sur Mumbai et je crois que l'allemande aimerait bien continuer avec moi: le petit tour qu'elles ont fait à deux n'a pas été une franche réussite et elles ne se sentent pas trop à l'aise.

Beaucoup de chance donc pour que je reparte avec Janin vers Munnar à 1600m d'altitude pour voir les plantations de thé. On verra bien. De toute façon, c'est mieux qu'avec les françaises du début du voyage: ici, j'ai le modèle avec cerveau. Si elle veut me suivre, elle va devoir s'accrocher...

Là dessus, je vous laisse pour aller prendre une petite douche avant d'amener mes demoiselles pour un petit resto sympa sur la terrasse du toit d'un hôtel.

Pour le moment, ici, c'est la fin de la mousson du nord est qui quitte le pays en passant au dessus du Kerala. La seule conséquence, c'est un orage hyper violent de 15 minutes quasi tous les soirs. Pour le reste, le soleil brille.

Portez vous bien,

Michel 

Commentaires

train C'est pas à John Wayne que ce serait arrivé

Écrit par : lo | 16/11/2007

Les commentaires sont fermés.