11/11/2007

Attention chute de cocotier...

 

 

Ca fait toujours plaisir d'être ici en lisant la météo actuelle en Belgique: pendant qu'on farte les skis dans les Ardennes et qu'on sort les chars à voile à La Panne, à Goa, la température oscille entre 28 et 35 degrés, ce qui est très agréable quand on peut faire un petit plongeon de temps en temps.

Mais il ne faut pas croire: nous avons aussi eu nos intempéries. Après un premier jour super beau, le deuxième s'est un peu gâté en fin d'après midi avec l'arrivée d'une zone orageuse et le 3e jour, cette zone a tourné toute la journée autour de Palolem avant d'exploser en fin d'après midi: une véritable douche pendant quelques minutes. Une pluie d'une intensité rare qui s'est achevée comme elle avait commence, brutalement. Ensuite le vent s'est levé et nombreux sont ceux qui sont sortis voir ce qui se passait car nous sommes quand même installés dans des huttes au milieu de cocotiers. Tout à coup, à 30 mètres, j'ai entendu un bruit énorme et un cocotier s'est brise en deux pour s'affaisser hors de ma vue. Tous ceux qui l'ont vu se sont précipités avec moi vers le lieu de la chute: en tombant, l'arbre a traverse une hutte sur pilotis. Nous aidons un jeune mec à rentrer dans cette hutte en lui faisant la courte échelle et il crie directement: "it's empty". Coup de bol quand on a vu l'état du lit après, coup de bol quand on sait que sur les 18 huttes de notre "village", seules deux étaient inoccupées. Pour les Indiens, évidemment, c'est uniquement l'intervention des dieux qui a permis qu'il n'y ait pas d'autres dégâts que matériels.  Vous verrez les photos dès que j'aurai réussi à les envoyer à Terence.

 Nasik_21web

Pendant que nous nous inquiétions des éventuels blessés, des tas d'Indiens sont arrives sur les lieux et se sont précipités entre les branches pour récupérer les noix de coco: toujours ça qu'il ne faudra pas aller chercher en haut de l'arbre. 10 minutes après la chute du cocotier, les proprios étaient déjà occupés à découper le tronc et le lendemain matin deux gars ont tout réparé (facile, il n'y a rien dans ces huttes). Dès que les nouveaux locataires sont arrivés, on s'est tous regardés avec un air plein de sous entendus: bienvenue mais vous avez bien fait de ne pas débarquer 24 heures plus tôt.

A part ça, la vie s'écoule paisiblement à Goa: le plus gros souci est de faire son choix, d'abord dans le resto où manger et ensuite dans l’incroyable diversité de la carte sea food proposée par chacun d'eux. A part ça, tout va bien: bains de mer, apéros, lecture, farniente, lecture et un peu de foot de plage (quelles brutes les english: même sur la plage et a pieds nus, ils taklent a hauteur des genoux) constituent l'essentiel de mon activité à Goa. Je risque ni le surmenage, ni la méningite...

J'ai reçu en arrivant en Inde, un mail de Max, le bruxellois rencontre lors de mon premier voyage en Inde. Il me proposait d'aller boire un verre et de lui donner des infos sur le sud de l"inde pour sa soeur qui était à Goa. Coup de bol, elle était sur la plage à cote de Palolem et c'est finalement avec elle que j'ai été boire un verre et passer une chouette soirée dans un resto situe en dehors de la zone touristique avec des anglais installés à Goa (les bienheureux...).

Pendant 4 jours et jusqu'à aujourd'hui, nous avons fêté le Diwali, fête des lumières, une des plus importantes pour les Indiens. 4 jours fériés pour eux et vous verrez dans mon message de demain que ça a toute son importance. Le premier soir, des gamins se baladent avec un monstre qu'ils ont fabriqué et des tambours souvent presque aussi grands qu'eux, dans les rues et surtout aux carrefours où ils arrêtent les véhicules et les passants pour réclamer de l'argent. Cet argent sert à acheter à leur petit groupe un truc utile comme un ballon de foot, une batte de cricket ou un maillot du standard. Je leur donne donc un billet et ils m'envoient chez leur receveur qui très professionnellement note tous les dons dans un carnet. Il  a donc fallu que je laisse mon nom pour la mise à jour de leur livre.

Après ça, partout, les indiens allument des bougies, font péter des pétards et lancent des feux d'artifice. Sympa comme tradition même si j'ai rien pige aux explications qui m'ont été données.

Voila, je vous laisse car je vais aller vite manger et puis me coucher car j'ai eu un voyage d'enfer cette nuit entre Goa et Kochi: putain de Diwali, mais je vous expliquerai ça demain.

Portez vous bien et profitez bien de votre week-end.

A+

M.

 

PS: sorry pour l'orthographe et les lettres manquantes, mais les claviers sont pourris ici. 

Commentaires

Salut Michel,

Sympa de lire ton blog depuis Bruxelles. Passe d'excellentes vacances, veinard.

A+

Bruno

Écrit par : Bruno Desiderio | 12/11/2007

Les commentaires sont fermés.