22/12/2006

Mon elephant est bien propre maintenant

  

 

Hello everybody (c’est un dialecte lao très spécial),

Je souhaite tout d'abord avec un jour de retard et avant que je n'oublie une bonne et heureuse année aux nombreux Hmongs qui lisent ce blog avec assiduité... Voila, comme ça, c'est fait.

Bon, finalement je n'ai trouve personne pour mon tour en vélo dans la campagne montagneuse de la région, donc je suis parti tout seul me balader en suivant les conseils de Ben, le Français du Guest House. En fait il épouse la proprio du guest la semaine prochaine, mais il vit ici depuis 3 ans avec elle et leur fiston. Tous les soirs (ou presque) en rentrant, on boit notre petit verre en discutant le coup avec l’écossais qui s'incruste autant que moi. Il faut dire qu'il y a des millions de choses à faire ici en cherchant un peu et qu'on est super bien. Les seuls bémols sont le froid et les coqs. La nuit de mercredi à jeudi le thermomètre est descendu à 6 degrés pour la première fois depuis 25 ans.

Résultat, les dalles du petit couloir extérieur ont explosé (je ne sais pas pourquoi) et des ouvriers sont venus réparer. Comme les nouvelles dalles sont plus épaisses, ils ont du raboter le bas de ma porte qui frottait. Ils ont bien fait ça: maintenant je peux quasiment faire passer mon sac a dos plein sous la porte sans l'ouvrir. Enfin, tant que ça ne frotte plus...

Ici, les gens sont adorables et on a l'impression que rien, ni personne ne peut troubler la quiétude ambiante. Au Laos, même si les règlements existent, leur application est plutôt laxiste et c'est le moins qu'on puisse dire.

Deux exemples donnés par Ben:

Le premier se déroule durant la coupe du monde de foot 2006. Normalement les bonzes frappent dans leurs tambours à 4h00 du mat pour prévenir la population: "voila, on est réveilles, commencez à cuire le riz et à préparer les offrandes, nous, on va méditer un peu et on arrive" (je résume). Et bien la nuit de France-Bresil, paf, panne de courant a 3h25 du mat en plein match. Tout a coup, a 3h35, boum-boum-boum, v'la les bonzes et leurs tambours. Ben demande à Vilay, sa compagne ce qui se passe. Réponse laconique: "ben eux aussi ils espèrent le retour de l'électricité pour voir la fin du match". J'adore...

Autre exemple encore pire. Vilay et Ben sont chez des amis dans je ne sais plus quelle ville, ils boivent un verre et doivent partir en pleine nuit en moto. Feu rouge. Ben s'arrête. Comme ils doivent aller a droite, Vilay lui fait signe de démarrer et la, évidemment, la police attend. Vilay commence à s'expliquer avec le flic et Ben a l'impression qu'elle parle d'alcool et de boire. Bref il est inquiet. Finalement, le flic vient vers lui en rigolant, lui tape sur l'épaule et lui dit qu'il peut y aller. Qu'a dit Vilay? Tout simple: "Monsieur l'agent, nous étions chez des amis et on a bu beaucoup (c'est vrai) pour l'anniversaire de mon mari (c'est faux). En plus à Luang Prabang, on n'a pas de feu rouge et on ne sait plus très bien à quoi ça sert. Laissez nous partir" Et bien c'est ce qu'il a fait. Je vous déconseille de tenter l'expérience le soir du réveillon en Europe...

Revenons à nos moutons: mercredi j'ai loue un beau vélo (j’avais le choix entre rouge et mauve, devinez ce que j'ai choisi?) sans vitesses et je suis parti. J'ai fait un super tour dans les montagnes sur des chemins de terre, parfois le long de la rivière. C'était superbe... mais sans entraînement, ni EPO c'est vachement dur...

Finalement je me suis retrouve le long de la rivière près de jeunes étudiants en train de picniquer... et de boire leur alcool de riz. Ils m'ont invite à boire avec eux ainsi qu’à partager la viande qu'ils cuisaient sur un petit feu. C'était très sympa. En fait, ces gens n'ont que très peu de contacts avec l'occident: il n'y a pas de cinéma ici (il y a apparemment une loi très stricte sur les films étrangers et je ne sais pas si les Laos tournent des films), et point de vue musique, ils ne connaissent personne... sauf Elvis mais ils ont oublie son nom. C'est vraiment étrange mais vu l'afflux de touristes, ça va sans doute changer rapidement....

Après le Lao Lao, je peux vous dire que le retour fut très pénible et que je me suis écroule en rentrant. La famille du guest m'a invite a manger avec eux: c'était succulent. Pas trop épice jusqu'a ce que je goûte une sorte de tapenade à base de poisson pourri, d'un fruit proche de l'olive, de piments, d'ail et de pleins d'autres épices: succulent mais vachement fort... Apres ça, je suis parti me faire masser pendant une heure pour moins de 4 euros. On a que le bien qu'on se donne mais je peux vous dire que c'était extra. Quelle sensation en sortant de là. C'est vraiment a recommander... d'ailleurs, il y a pleins de touristes qui passent dans ces salons plus ou moins sérieux.

Pour hier jeudi, j'avais envie de bouger mais de faire un truc original, pas dans la masse des touristes... et j'ai trouve. Apres la nuit la plus froide je le rappelle, je suis allé laver un éléphant dans la rivière avec son cornac (j'ai pas lave le cornac, faut pas abuser). En fait j'ai trouve ça en fouinant dans les agences et comme j'étais le seul candidat, on m'avait dit que je partirais de Luang Prabang avec une motorcycle et un chauffeur. A 7h00, me voila donc à pied en route vers le point de rendez vous quand un mini bus s'arrête: en fait comme il a fait caillant, ils trouvent mieux pour moi de faire le trajet en véhicule fermé... sans surplus. Le minibus fera juste un aller-retour de 40 Kms sur des routes qui n'en sont pas. Je me répète, mais ces gens sont trop gentils.

Arrive sur place, les cornacs sortent de la foret pour aller à la rivière. En short et pieds nus malgré le froid, je monte directement sur la tête de l'animal et nous voila partis... moi, pas trop fier: c'est haut et instable ces bébêtes... 

A la rivière, les 3 éléphants sont plonges dans l'eau jusqu'aux yeux (moi avec le cul dans l'eau donc, vu que je n'ose pas faire comme le cornac qui se balade debout sur le dos de l'animal), et armes de brosses, nous les nettoyons pendant une bonne demi heure. L'expérience était vraiment fabuleuse...

La toilette matinale des éléphants
La toilette matinale des éléphants
La toilette matinale des éléphants

Retour ensuite au camp. Pour les photos, pas de problème: j'ai confié mon appareil photo à un jeune mec du camp qui nous a accompagné et qui a demande s'il devait faire "one photo or more". Alors maintenant je sais que "more" ça veut dire plus de 80 pour lui. J'ai déjà fait un tri mais je verrai au retour. Le problème c'est qu'il a pas vraiment capte l'utilité du zoom...

Ensuite, on doit préparer les éléphants pour les tours avec les touristes et attendre les premiers pour justement faire ce petit périple d'1h30 dans la jungle.

Finalement sans bien comprendre, je pars seul avec un cornac.

La toilette matinale des éléphants

Chouette petite balade mais rien de bien transcendant. Il y a 15 ans, à Chiang Mai, c'était plus impressionnant... peut-être parce que j'avais Rosario à côté de moi qui menaçait de vomir à tout moment...

Retour au camp et là je comprends: 13 personnes dont 7 petits enfants de 2 familles flamandes de Singapour venaient d'arriver: il n'y avait tout simplement pas de place pour moi. Problème: je dois attendre qu'ils reviennent pour partir avec eux. Je décide donc de refaire le tour... mais a pied. Au bout d'1/2 heure, un cornac descend de la tête de son éléphant et je grimpe a sa place. De nouveau une super expérience. Finalement j'ai eu droit a un tour gratuit et en plus, pas sur ces conneries de sièges qui enlèvent une bonne partie des sensations.

Apres ça, on (13 belges finalement) part en bateau sur une superbe rivière pour aller manger près de superbes petites chutes d'eau très sympa ou on fait trempette (les journées sont très très chaudes). Les gosses apprennent qu'il y a une grotte en altitude, me voila donc parti avec les 2 papa pour une escalade de colline pour trouver une petite grotte où les gamins espèrent trouver un ours... qui n'y est pas...

Ensuite, retour au bateau puis aux minibus pour rentrer. On a déjà deux heures de retard sur l'horaire mais en chemin on croise un monde fou dont des femmes superbement parées.

Nouvel an HmongsNouvel an Hmongs

En fait, on traverse un village Hmong qui fête leur nouvel an. On demande pour s'y arrêter. Le guide nous laisse 15 minutes qui se transformeront en plus d'1h20 d'arrêt. C'était extraordinaire. Il s'agissait d'une grande fête foraine avec des attractions dignes de la fin du 19e siècle et pleins de stands incroyables. En plus, avec 5 gamins blonds comme les blés, on a un joli succès. Un des gamins de 8 ans tombe en pleurs car les femmes du village viennent lui tirer les cheveux. Heureusement à moi ça ne risque pas d'arriver.

La plus âgée des enfants nous accompagnant est emmenée par des Hmongs qui lui proposent juste d'essayer leur tenue traditionnelle, sans demander d'argent (je leur dis bien clairement qu'il est hors de question qu'on achète cette tenue). Ca donne une chouette photo. Moi j'ai canarde dans tous les sens: j'ai des dizaines de photos dont je suis super content. D'ailleurs, Ben qui a un site Internet sur Luang Prabang, va en utiliser toute une série car il les aime beaucoup aussi.

Sur cette fête foraine, il y a une sorte de jeu incroyable: des dizaines de jeunes se font face et renvoient chaque fois au meme partenaire une balle de la taille d'une balle de tennis, sans donner l'impression de chercher a mettre l'autre en difficulté (on ne joue pas à balle-chasseur). L'explication est simple: on se lance cette balle et il ne faut pas qu'elle tombe au sol car ça signifierait que l'autre ne fait pas attention à vous et qu'il est distrait par quelque chose d'autre (une jolie fille, des gens qui passent,....). Donc si la balle tombe trop souvent par terre et bien c'est que ce n'est pas le bon partenaire. Incroyable non? J'ai même quelques secondes de film de cela...

Ensuite retour à la maison et je décide de retarder mon départ d'un jour: aujourd'hui je la joue cool et demain je pars en bus pour Van Vieng, avant dernière étape de mon périple nord laotien.

Hier j'ai téléphoné chez Gulf Air, mais je dois attendre la semaine prochaine. Je crois que des le 2 ou le 3 je vais m'installer a l'aéroport de Bangkok et attendre la première place libre pour partir. On verra bien.

Portez vous bien, mangez bien aux réveillons, ne buvez pas trop si vous devez rouler (les flics européens ne ressemblent pas a leurs collègues lao) et à bientôt,

 

Joyeux Noël

 

Michel

Les commentaires sont fermés.