Flipper le dauphin - 09/03/2005 A 12h37

| Page d'accueil | Nouvelles photos à découvrir... »

22/09/2006

SDF à Mumbai - 15/03/2005 A 16h00

 

 

Chers compatriotes surgelés, bonjour,

 

Tout d'abord, je voudrais remercier ceux qui m'ont envoyé un message pour me signaler que, pour la première fois depuis longtemps, ils n'avaient pas dû gratter les vitres de leur bagnole ce vendredi matin. Je vous jure que ça me fait vraiment chaud au coeur et que les 2 degrés annoncés pour mon retour me rassurent vraiment...

 

J'en ai presque hâte de rentrer, rien que pour profiter du climat, surtout qu'ici à Mumbay, il fait vraiment très chaud par rapport aux plages de Goa.

 

Je viens de faire le check out de ma chambre ici à Mumbai et je me retrouve donc sdf pour mes dernières heures en Inde.

 

J'ai donc quitté avec un énorme pincement au cœur la plage de Palolem, ma hutte et tous les gens que j'y avais rencontrés. Bus jusque Margao... avec plus de 10 arrêts sur le premier kilomètre: on a presque embarqué une personne à chaque maison. Et dire que j'avais été assez con pour aller jusqu'au bus stand à pied avec mon sac à dos plein comme un oeuf...

 

Je fais le trajet avec un jeune couple d'Autrichiens (je suis abonné aux Autrichiens cette année) et arrivés à Margao, on prend un bus pour la gare (3kms). Le bus est bourré et à côte de nous, il y a un pauvre mec qui souffre de la même maladie qu'éléphant man. Il est quasi impossible de le regarder tellement c'est monstrueux. Il a une boite crânienne tellement déformée qu'il n'a presque plus rien d'humain. Il pourrait être en bonne place dans ma galerie de monstres de cette année juste dernière mon pestiféré de Varkala.

 

Alors que le bus était soi-disant direct pour la gare, il fait une balade dans la ville de sorte qu'on met 45 minutes pour faire les 3 km: on aurait été plus vite à pied...

 

Dans le train, je suis à côté d'un gars qui, à "Belgique" répond "Antwerp is a nice city". Il est tout content quand je lui dis qu'il doit être marin: tous les indiens qui parlent d'Antwerp sont marins sur des cargos. Il me dit en se marrant qu'Anvers à des endroits très sympas pour occuper les marins. Je ne crois pas qu'il parle de la maison Rubens quand il dit ça...

 

Le gars me dit qu'il part samedi de Mumbay pour rejoindre son bateau dans les Antilles et que normalement il a un billet d'avion de Goa à Mumbai mais qu'il préfère le train parce que c'est plus cool... 14 heures de train bruyant et sale en plus... plus cool??? Je crois qu'on n’a pas la même acception pour ce mot là que les Indiens. Ils me surprendront toujours.

 

Pour la première fois depuis que je voyage en Inde en train, le compartiment est rempli de bestioles ressemblant à des blattes ou à des cancrelats. J'en écrase quelques-uns uns mais j'abandonne car il y en à partout. D'ailleurs en arrivant à l'hôtel à Mumbai, j'ai commencé par vider mes sacs pour être certain de ne pas ramener de bébêtes à Bruxelles...

 

A la gare de Mumbai à 6h00 du mat, on tombe sur la cour des miracles habituelles des grandes gares indiennes à l'aube. J'ai beau avoir vu ça des dizaines de fois, ça reste toujours aussi choquant de voir ces familles entières dormant à même le sol au milieu d'une foule grouillante...

 

Taxi pour le sud de Mumbai: on passe de 250 Rps (prix débile) à 60 Rps (prix plus que correct). Un autre touriste entendant ça veut nous accompagner mais à trois plus nos sacs, ça déborde déjà de partout. A Colaba, tous les hôtels sont bourrés et on retourne à l'hôtel ou j'avais passé les premières nuits.

 

La tarif est prohibitif (2,5 fois le prix de ma hutte à Palolem) mais ce n'est que pour une nuit.

 

A peine installé, je pars faire un tour en ville et surtout pour passer au grand marche couvert pour acheter des mangues. Car c'est enfin depuis quelques jours le début de la saison de ce fruit succulent. J'en mange à toutes les sauces: frais, en jus, en lassi,... c'est un bonheur.

 

J'en profite aussi pour déposer quelques films à développer. Là aussi c'est exceptionnel: le préposé me dit que mes films seront prêts à 18 heures. En rentrant de ma grande balade, je passe pas loin du magasin vers 17 heures et je m'y arrête. En montant les quelques marches pour rentrer dans la boutique, je vois 7 personnes qui s'agitent comme des dingues et quand je rentre, je pige directement: mes paquets de photos sont sur le comptoir, déjà prêtes et tous les Indiens ont un sourire idiot jusque derrière les oreilles, un peu comme des élèves qui viennent d'éviter de justesse d'être pris en train de faire une connerie par un prof. En fait, ils étaient tout simplement en train de regarder mes photos de vacances. D'ailleurs un mec me dit que je dois avoir un très bon appareil photo, ce qui élargit encore le sourire des autres. Ensuite, avant de payer, ils me montrent mes photos en faisant leurs commentaires... cette année, je suis vraiment content de mes prises de vue. Je leur laisse donc mes autres films et ce matin quand je suis allé les chercher, ils n'ont même plus fait semblant: un gars a sorti un des films pour me montrer les photos qu'il trouvait être les plus belles.

 

Chouette respect de votre vie privée... mais bon, avec les Indiens, il vaut mieux ne pas chercher à tout comprendre.

 

Les Indiens ont vraiment d'autres critères que nous pour juger les choses. Pour eux, par exemple, il est incompréhensible qu'on demande une chambre calme. Pour eux, c'est vraiment une lubie d'occidental: pour eux, plus il y a du bruit, plus ils sont contents. Et quand il n'y a pas de bruit, et bien, ils en font: à Palolem, tous les soirs des Indiens faisaient pêter des dizaines de pétards ou improvisaient des feux d'artifice. Un Indien seul ou dans un endroit silencieux est vraiment malheureux. Quand ils sont seuls dans une chambre d'hôtel, ils ouvrent la porte et mettent la télé à fond pour toutes les chambres aux alentours...

 

Autre chose qu'ils ne comprennent pas, c'est la notion de propreté. "clean" pour eux est un mot étrange. Quand on dit dans un hôtel que les douches communes ne sont pas très propres, ils ne pigent pas: il y a de l'eau, un wc avec une chasse d'eau et les touristes se plaignent? No comprendo... Pour eux une chose existe ou n'existe pas mais la notion de propreté n'est pas prise en compte comme un critère important. Pour s'en convaincre il suffit de visiter un hôtel "indian style", en opposition avec les hôtels "western style" que nous fréquentons et qui ne sont déjà parfois pas tristes...

 

Il y a quelques jours, à Mysore, j'ai eu une expérience à ce propos. Deux personnes m'ont demandé des billets de banque indiens pour leurs collections. Je fais donc la chasse aux billets propres depuis quelque temps et pendant que je prenais un petit dej indien dans un petit resto local, j'ai vu que le patron avait une liasse de billets importante. Je lui demande donc de changer un billet de 5 Rps assez sale contre un billet "clean". Il ne pigeait pas: pour eux 5 Rps c'est 5 Rps, c'est tout. Et plus j'essayais de lui expliquer que c'était pour des collectionneurs belges, plus il avait le regard vide et plus il ressemblait à Sheila découvrant les premières pages d'une édition originale de la critique de la raison pure de Kant.

 

Finalement, une lueur d'intelligence est passée dans son regard, il a pris mon billet... et me l'a échangé contre une pièce de 5 Rps. Il a du croire que j'en avais besoin pour un parcmètre...

 

Apres Linda de Souza dans mon dernier mail et Sheila aujourd'hui, je voudrais continuer à parler de grande musique. Je viens d'apprendre que Pierre Bachelet était décédé... c'est vrai? Quelle hécatombe cette année: Bachelet, Villeret, Jean-Paul II et Guy Mathot... Y en a eu d'autres qui ont aussi passé l'arme à gauche?

 

Bon, là-dessus je vous laisse car je dois aller récupérer mon sac à l'hôtel et trouver un taxi pour l'aéroport. A propos de mon sac, ce matin, c'était bagarre à l'hôtel: ils voulaient bien garder mon sac jusqu'à ce soir pour 350 Rps, soit plus cher que n'importe quelle chambre durant mon séjour. J'étais furibard... et ça se voyait (ceux qui me connaissent bien, savent à quoi ça ressemble...). Le gars n'arrêtait pas de courir derrière moi en me demandant si j'étais fâché. Au bout de 2 heures de palabres, il est venu dans ma chambre 1/2 heure avant le check out en disant que je pouvais laisser mon sac dans une pièce... gratuitement, à condition que j'arrête de râler. Bingo... mais plus de 2 heures de perdues.

 

A demain ou à lundi pour les premiers que je verrai, à bientôt pour les zoootres.

 

M., futur capitaine Igloo

Commentaires

Bombay et ses habitants Le rêve, ce serait que le centre d'études nucléaires de Bombay (ou de Mumbai, selon le choix) explose accidentellement, et nous débarrasse des deux tiers des locaux. Je ne savais pas ce que les mots "sale" et "voleur" signifiaient, avant que j'arrive en Inde.

Écrit par : Joséphin | 22/09/2006

Règles du jeu Quand on décide de voyager en Inde, il faut savoir qu'on sera inévitablement confronté à la surpopulation et à une indiscible saleté. Ce sont les règles du jeu. Mais, à côté de ça, ce pays et ces habitants ont tellement à offrir à ses visiteurs...

Écrit par : Mas | 23/09/2006

Les commentaires sont fermés.