la b(l)ague du poisson - 14/02/2005 A 10h44

| Page d'accueil |

paradis terrestre - 18/02/2005 A 14h36

»

21/09/2006

petite gazette de Madurai - 16/02/2005 A 11:24

 

Salut les inondés.

 

J’espère que vous allez bien. Apparemment, ce n'est plus à moi à dormir avec une bouée si j'en crois les nouvelles de Belgique...

 

Avant toute chose, je tiens à féliciter tous les anderlechtois pour le brillant bol d'iode qu'ils ont pris samedi soir. Ce résultat a vraiment bien égayé ma journée de dimanche... Si quelqu'un au boulot pouvait transmettre toutes mes amitiés au vieux Pat...

 

Depuis le dernier mail, j'ai quitté Mahabalipuram en bus. Comme prévu, je me suis rendu au carrefour indiqué et j'ai attendu le bus qui était plein en arrivant. Mon sac casé comme je pouvais, je me suis installé assis sur l'escalier d'accès. Comme il n'y a pas de porte, ça m'a permis de profiter de la vue pendant les 2 heures de trajet jusqu'à Pondichery.

 

Là, je me suis installé dans un super hôtel un peu plus cher que d'habitude (400 Rps) mais avec vraiment du confort. Il s'agit d'une ancienne maison coloniale très très agréable (merci Sacha).

 

La ville de Pondichery a gardé un côté très français, ne fut-ce que dans la disposition et le nom des rues toutes indiquées en tamoul et en français. A part ça, c'est juste un endroit ou se promener car, a part un super marché et une chouette digue de mer, il n'y a rien d'exceptionnel. Le marché est vraiment étonnant: on y trouve de tout, même de la viande dans une sorte de halle ou l'odeur donne à la fois envie de vomir et de devenir végétarien. Ils y vendent principalement des petites chèvres dont ils laissent la tête tranchée entière sur l'étal afin de montrer la fraîcheur de la viande (vraiment degueu). J'ai aussi croisé un cortège avec chanteurs, fanfares, chars décorés et personnes grimées. D'après ce que j'ai compris, ce n'était pas le carnaval local mais bien un cortège en l'honneur d'un de leurs innombrables dieux. Ca faisait un potin de tous les diables car en Inde, il n'y a pas de fête sans boucan. Les orchestres jouaient les uns derrière les autres, tous des morceaux différents et au milieu de tout ça, il y avait des chanteurs qui hurlaient dans des haut-parleurs installés sur des voitures...

 

A Pondichery, j'ai rencontré un couple d'indiens de Créteil, venus pour un enterrement familial, retrouver leurs racines depuis début janvier. Ils m'ont invité dans un super endroit pour boire un verre et me parler de leur ville. Sympa...

 

Maintenant l'histoire vraie et incroyable du jour (qu'ils m'ont raconté). A Mahabalipuram, les restos proposaient du poisson et disaient toujours que le poisson venait de Madras. Je ne pigeais pas pourquoi. A Pondichery, à part dans les restos chics qui ont des frigos, il n'y a pas du tout de poisson. Pourquoi? Et bien c'est tout simple. Après le tsunami qui a fait plus de 6000 morts autour de Pondy, les pêcheurs dont le bateau avait résisté ont repris le boulot, même s'il y avait moins de poisson qu'avant et même si pas mal de cadavres humains avaient été emportés au large. Et c'est de ça qu'une rumeur a pris naissance à Pondichery même: on aurait retrouvé dans un poisson pêché quelques jours après le tsunami, une bague et les restes d'un doigt. Donc, les poissons se nourrissaient de chair humaine...

 

Cette rumeur a pris une telle ampleur dans la région en quelques jours que le gouvernement du Tamil Nadou a pris une décision étonnante (pour nous occidentaux): Ils ont interdit la pêche au sud de Chennai... tout simplement.

 

Encore plus fort: pour être certains que les pêcheurs obéissent, ils ont fait démonter tous les moteurs de tous les bateaux rescapés et les ont déposés dans des hangars gardés... Incroyable, non? Déjà à Mahabalipuram, une française m'avait dit que les moteurs des bateaux avaient été confisqués et je ne l'avais pas cru, car ça me semblait débile... Il ne me semble pas qu'on ait pris une telle mesure après que le ferry se soit retourné au large de Zeebrugge il y a quelques années. Peut-être que nos soles n'aiment pas la chair humaine...

 

J'ai quitté Pondy hier à l'aube pour Thanjavur (Thanjore), hors des circuits touristiques traditionnels mais qui abrite un superbe temple. A hôtel, on m'avait dit qu'il y avait un bus direct "tôt". Debout à 6h30, je me rends à la gare des bus ou j'apprends que le bus direct est "tard" le soir.

 

On me fourre donc littéralement dans un bus dont je ne comprends pas la direction mais je pige que je devrai changer en cours de route. On démarre et au premier arrêt au sud de Pondy, je demande à un des innombrables responsables de ces énormes stations de bus si je suis sur la bonne route. Manifestement, c'est non. Il m'amène donc à un autre bus ou on me dit que je devrai changer à un autre endroit dont je ne comprends toujours pas la prononciation. Et comme ils ne savent pas lire ma carte. On part alors à travers une campagne dont j'ignorerai toujours le nom, mais d'une beauté sublime. On traverse aussi des tas de villages plus misérables les uns que les autres ou des familles entières "logent" parfois sous une bâche en plastique soutenue par 2 bambous et tendus par 4 pierres. Sur le sol, un peu de paille... Quand je pense à certain(e)s adolescent(e)s de chez nous qui s'estimaient faisant partie des "damnés de la terre" parce que papa refusait une connexion ADSL pour le pc familial, je peux dire qu'ici, des "damnés de la terre" il y en a... et eux, la seule chose qu'ils peuvent espérer, c'est de survivre. Fermons la parenthèse.

 

Finalement on me sort du bus au milieu de nulle part ou plusieurs personnes viennent me demander ce que je fous là (je me le demande aussi) et quand je dis "Thanjavur", on me montre 3 ou 4 bus différents. Super... Finalement après une longue discussion entre eux, ils m'amènent à un bus qui me permettra de faire le reste de l'étape en une seule fois.

 

A Thanjavur, on me dépose au bord du trottoir (le bus stand est en dehors de la ville) et, chose incroyable, je dois moi-même arrêter un rickchaw pour aller à hôtel que j'avais repéré. Ce n'est décidément pas une ville ou les touristes restent: d'habitude, ils font l'excursion en un jour depuis Trichy, grosse ville que je voulais éviter.

 

L’hôtel est plutôt vétuste et défraîchi mais il est relativement propre. En plus comme j'ai une chambre avec sdb pour 185 Rps (3 EUROS), je ne vais pas me plaindre... Le resto par contre à une carte très réduite dont ils n'ont quasi plus rien. Je me contente donc du très bon thalli local et végétarien (ville sainte oblige).

 

Ce matin, je me suis levé à 6h00 (vivement que je reprenne le boulot pour me reposer) et je suis parti jusqu'au temple pour une ballade de 2 km dans la fraîcheur matinale. Très chouette.

 

Arrivé au temple, je me marre: comme dans tous les lieux de culte il faut laisser ses chaussures dehors à un gardien. Celui ci a écrit à la craie en grand: LET YOUR SHOES HERE FREE - 3 RUPIES. Toujours ces superbes contradictions indiennes. En plus, il a tracé des carrés numérotés sur le sol et il vous donne un ticket avec le numéro d'emplacement de vos pompes. Organisé le garçon...

 

Le temple est tout simplement superbe. Ce n'est pas pour rien qu'il figure parmi les sites classés faisant partie du patrimoine de l'humanité par l'UNESCO. En plus, à 7h du mat, c'est très tranquille.

 

Je visite et puis m'installe pour regarder les pèlerins qui pratiquent leurs rites avec un mysticisme incroyable et inimaginable pour nous occidentaux: ils tournent autour de statues, s'agenouillent ou même s'étalent de tout leur long, face à un lingam ou à un petit temple, c'est incroyable.

 

L'entrée du site est gratuite (mais vraiment gratuite, elle) mais je me laisse embobiner par un prêtre qui me fait allumer trois bougies pour moi, ma famille est mes proches afin d'assurer le bonheur, la prospérité, de nous protéger des maladies, de soutenir nos aïeux au pays des morts et de permettre à Anderlecht être champion ( il a retiré la dernière incantation quand je lui ai dit que ça, vraiment, ce n'était pas possible...)

 

Ensuite, j'ai droit à une trace blanche sur le front suivi d'un point rouge et d'une visite dans le saint des saints du temple ou des prêtres psalmodient des chants toute la journée...

 

Vers 10 heures, je pars pour le palais royal, au moment où commence cette impression quotidienne d’être suivi par un gars avec un sèche cheveux géant et son souffle brûlant.

 

La visite du palais est sympa mais après ceux vu au Rhadjastan l'an dernier, c'est quand même moyen.

 

Je suis ensuite passé à la poste où ils n'ont pas mis de timbres sur mes cartes mais 3 cachets à 3 comptoirs différents. Ca m'a pris une heure: ceux qui recevront des cartes sont donc priés d'admirer les superbes cachets...

 

Je crois qu'ils font ça car avant dans les bureaux de poste, certains fonctionnaires décollaient les timbres (qu'ils revendaient) et les cartes ne partaient pas toujours...

 

La-dessus, il est 15h15 et je vais aller me renseigner pour quitter la ville demain en direction de Madurai, autre ville sainte et me rapprocher un peu du Kerala où je devrai sans doute tenir compte d'un nouvel impératif en faisant mon itinéraire: certains endroits comme Ooty sont inaccessibles aux touristes dès à présent à cause de la sécheresse qui règne ici... alors que le nord de l'Inde et le Pakistan subissent des inondations...

 

Portez-vous bien, travaillez bien cette semaine et surtout n'oubliez pas vos bottes...

 

A+

 

Michel, cuit à point

Commentaires

super marché Salut, déjà te féliciter pour ton blog, il est très bien. Je suis allée à Pondy en juillet 2006 et j'y retourne avec toute ma famille (on sera 11 personnes) en juillet 2008. Pondy nous a laisser que de bons souvenir et en plus j'ai retrouvé les soeurs de mes 2 filles adoptives qui sont origninaires de Pondy. J'ai une petite question, vu que l'on louera dans une guest house nous aurons besoin de faire un peu de shopping (alimentation) lors de mon voyage là ba je suis tombée sur un petit super marché, je ne me souviens plus où il se trouve, si tu le sais peux tu me le situer, çà me rendrais service car là on trouve beaucoup de produits que l'on connait ici en Belgique.
Merci beaucoup, à plus.

Écrit par : Josiane | 09/03/2007

Les commentaires sont fermés.