Retour sur le net - 05/02/2005 A 13h58

| Page d'accueil |

Tsunami - 08/02/2005 A 16h43

»

21/09/2006

les Bronzés font du ski - 06/02/2005 A 14h21

 

Salut les esquimaux,

 

Je vous avais donc laissé à mon arrivée à Hampi qui est en fait l'ancienne capitale d'un énorme empire indien qui se développa principalement du 9e au 16e siècle. Le site a récemment été classé par l'UNESCO et franchement, cela vaut vraiment la peine.

 

Imaginez des collines composées d'énormes blocs de rochers au milieu de bananeraies immenses, tout le long d'une jolie rivière. Vous y ajoutez les vestiges de cette civilisation et un superbe et impressionnant temple juste à côté des hôtels et vous avez Hampi. Ah, j'allais oublier: vous ajoutez la température qui flirte avec les 35 degrés et vous avez le tableau complet.

 

Premier jour, ballade à pied dans tout ce qui est directement autour du village. La chaleur est vraiment pénible à supporter mais la visite est superbe. Dans le temple principal encore en activité, des centaines de pèlerins défilent au milieu des singes.

 

Comme à Varanasi, il y a un gars préposé à la chasse aux singes et comme à Varanasi, j'ai l'impression que ceux que ça amuse le plus, ce sont les singes même: le pauv' gars court d'un côté à l'autre en vociférant pour éloigner les singes des pèlerins et surtout des touristes. Quand il en a la possibilité, il balance son bout de bambou vers les bestioles qui détalent...pour une trentaine de seconde.

 

J'étais assis en déposant mon appareil photo à côté de moi pour prendre ma bouteille d'eau quand le gars arrive en hurlant "monkey, monkey". Il n'y a donc pas que la bouffe qui les intéresse.

 

A l'entrée du temple, des femmes vendent des bananes et sous mon nez, j'ai vu un singe se précipiter vers un pèlerin, lui chiper ses bananes et s'asseoir 5 mètres plus loin, très satisfait de sa prise. Je l'ai pris en photo.

 

Autour du temple, des dizaines de "guides" vous proposent leurs services.

Comme le conseille le Lonely, je leur demande leur carte officielle et comme par hasard, tous ces étourdis l'ont oublié chez eux. Commence alors le cinoche habituel:

"Which country?" "What's your name?" etc...

 

Il y en a un qui m'a fait bien rire car après ma réponse, il me dit très inspiré "Belgium? Very big country, sir..." Tuuuuut Mauvaise réponse.

Eliminé... Simone, candidat suivant...

 

L'an dernier, quand on disait Belgium, beaucoup répondaient "Yes, good football team..." alors que cette année plusieurs m'ont dit "Tennis, Justina". Il faut les en remercier: sans doute, ont-ils vu les lamentables résultats des anderlechtois cette année et même à 8000 km de chez nous, ils ne veulent pas se moquer de nous.

 

Second jour de visite, je loue une moto pour faire une super ballade vers les endroits éloignés. Il y a, entre autres, un temple magnifique dont la roche à une telle teneur en cristal qu'en tapant sur certains murs, on obtient une sorte de jolie musique.

 

Sur le site principal, la ruine du palais royal, je croise 4 couples de septuagénaires anglais, tout droit sortis d'un bouquin de Kipling: on dirait que personne ne les a avertis que l'Inde ne fait plus partie de l'empire britannique depuis 1947... Les femmes ont toutes des ombrelles et des grands chapeaux de paille sur des robes, style années 50 et les hommes sont en short coiffés de leurs plus beaux bobs. Le plus important? Ils sont tous en sandales avec de superbes chaussettes blanches (ça vous rappelle personne au boulot?). A l'entrée du site, où tous les monuments sont détruits à la base et ou on ne peut plus admirer que la taille de l'endroit et les divers emplacements, un des anglais s'approche de moi et me dit: "It will certainly be very nice, when it will be finished". Vous avez dit humour anglais???

 

Troisième jour, je quitte ma chambre à 10h00 et je laisse mon sac à dos au resto ou je prends mon petit dej’ quand arrive ce à quoi j'avais échappé l'an dernier: St-Imodiu et St-Motilium m'abandonnent lâchement (sans doute pour aller s'occuper de leur chef polonais à Rome dont on m'a dit qu'il allait encore moins bien que d'habitude).

 

Tout ça avant un nouveau voyage d'une quinzaine d'heures, je jubile... J'inaugure donc ma superbe trousse à médicaments et malgré les crampes et les nausées, je tiens le coup jusqu'à l'embarquement à 20h00. Je partage mon compartiment avec un couple qui ne m'adresse pas la parole et qui feint de m'ignorer. J'ai de toute façon d'autres chats à fouetter car je passe la première heure de voyage à vomir dans les toilettes.

 

La nuit n'est pas géniale et on arrive à Bangalore à 6h30 du mat’ avec 30 minutes d'avance sur l'horaire. J'ai du bol car je n'avais que 45 minutes pour ma correspondance pour Chennai (Madras).

 

Arrivée à Madras à 15h00, direction un petit hôtel qui s'avère être un bijou: petite chambre avec salle de bains et toilette européenne, plus une TV au pied du lit. La chambre fait 3 mètres sur 2 mais c'est le bonheur. En plus je suis au calme...

 

Je sors pour faire une petite ballade dans le quartier, très animé et après vous avoir envoyé le 1er mail, je rentre à hôtel ou je tombe sur TV5 Asie et sur l'annonce du début du film « Les Bronzes font du ski ». Ca a quelque chose de surréaliste de voir ce film ici alors qu'il fait autour de 35 degrés. Ensuite, je regarde même France-Ecosse de rugby...

 

Aujourd'hui, je suis parti me balader en ville par une chaleur torride. Je me suis perdu dans les rues de Madras et je suis rentré à hôtel en rickshaw.

 

Cet après-midi, je suis allé voir la plage de Madras, à 1km de l'hôtel Elle fait 500 m de large et l'ambiance est incroyable. Les gens ne se baignent pas (ou tout habillé) mais il y a des tas d'activités sur la plage. Un exemple? Il y a une photo géante du Taj Mahal et des tas de photos cartonnées géantes de toutes les stars indiennes. Les gens viennent donc se faire photographier devant le Taj avec leur idole... Succès garanti...

 

Comme dans toutes les grandes villes, la pauvreté est criante ici et j'ai distribué bon nombre des petits gadgets pour enfants que ma sœur m'avait donnés. Ici, on a l'impression que les familles ont un morceau de trottoir qu'elles occupent 24h/24 et qu'elles ne quittent pas. Toute une vie est organisée autour de ces morceaux de trottoir, mais les gosses y sont encore plus nombreux qu'à Delhi ou Bombay. C'est vraiment effroyable...

 

Là-dessus, je vous laisse car je vais essayer d'aller prendre mon premier repas depuis plus de 48h00...

 

Si tout se passe bien, demain je prends un bus pour faire les 65 km qui me séparent de Mahabalipuram, sur la côte au sud de Madras.

 

Reprenez bien le boulot et à plus,

 

Michel

Les commentaires sont fermés.