Galère - 20/01/2004 A 06h20

| Page d'accueil |

Le dernier - 26/01/2004 A 08h51

»

15/09/2006

ça sent la fin… - 23/01/2004 A 15h02

 
Salut à tous,
 
Me voilà enfin à Delhi depuis hier.
 
Avant de parler de Delhi, je voudrais revenir sur Varanasi, une étape qui m'a solidement marqué et qui, je crois, ne peut laisser personne indifférent.
La ferveur quasi irréelle qui règne dans cette ville au bord du Gange en fait quelque chose d'absolument extraordinaire, dans le premier sens du terme.
 
Imaginez des ghats (ce sont les escaliers qui descendent dans le fleuve) qui se remplissent dès l'aube de milliers de personnes qui viennent faire leurs ablutions dans le Gange, avant de s'y laver et de faire leur petite lessive... par un froid de canard et sous le brouillard.
C'est vraiment impressionnant à voir et à vivre.
 
Imaginez ensuite une cérémonie, appelée Puja et dirigée par 5 moines, qui tous les soirs par une gestuelle immuable rend hommage au Gange à travers une sorte de danse du feu, rythmée par le son de cloches et par le jet d'encens devant des centaines d'hindous frénétiques et de quelques touristes étonnés. Cela se termine par des chants religieux à donner des frissons avec tous les hindous chantant en battant des mains ( ca doit te rappeler le concert de Dave à Mouscron, non Fred?). Cela était vraiment fou.
 
Mais ce n'est rien à coté des crémations. Pour tous les hindous, mourir à Varanasi signifie mettre un terme au cycle des réincarnations et d'atteindre directement le Nirvana. Autant dire qu'il y a des tas de vieux (et surtout de vieilles) qui attendent la mort paisiblement emmenés dans cette ville par leurs proches.
 
J'imagine les dialogues à table:
" Ma chérie, je trouve ta mère bien fatiguée ces derniers temps. Ne penses tu pas qu'il serait temps qu'on la dépose à Varanasi?"
 
Il existe donc un ghat principal consacré aux crémations à Varanasi. Il fonctionne 24h/24 mais c'est à la tombée de la nuit que c'est le plus impressionnant. Je m'y suis donc rendu à ce moment-là, en compagnie d'une Française très sympa rencontrée à l'hotel... et je n'oublierai jamais ce que j'ai vu. Au départ, il y a une curiosité morbide et l’idée de se dire "comment vais-je le supporter?" et puis vient une sorte de fascination pour le rapport que les Hindous entretiennent avec la mort qui est inimaginable pour nous.
 
Essayez d'imaginer 5 niveaux qui partent du Gange vers le haut. A chaque niveau, plusieurs grands feux (styles feux de camps) brûlent avec au centre de chaque feu, un corps recouvert d'un drap (au début, car le drap brûle le plus vite) ayant les pieds vers le Gange et la tête vers la ville. Le corps brûle en premier et ensuite les préposés poussent la tête et les pieds vers le centre du bûcher. J'ai ainsi vu un gars retourner deux pieds bien visibles et les tibias vers le milieu du feu, quasiment à la verticale.
 
Pendant ce temps là, les gens autour des feux attendent ( un corps brûle en 3 heures) dans une ambiance très très très étrange.
 
Apres cette première visite, je suis retourné 3 fois aux crémations car j'etais subjugué par ce qui s'y passait.
 
En plus de tout, je continue de souffrir atrocement au niveau de la cage thoracque et je n'arrive quasiment plus ni à dormir ni à m'alimenter.
 
Apres Varanasi, en route pour Delhi: 13 heures de train couchette qui se transforment en 17 heures (mais vous êtes habitués maintenant). Je prends un velo-rickshaw qui se retourne tous les 50m pour me dire qu'il a un "hélicoptère Rickshaw" pour traverser la ville et que personne ne va plus vite que lui. En attendant, il ne manque pas un nid-de-poule et j'ai chaque fois l'impression de prendre un coup de poignard dans la poitrine.
 
Sur le quai de Varanasi, je rencontre un jeune français qui me voyant souffrir le martyr me propose un médicament "radical, me dit-il". Il m'en donne une boite et dès que je suis dans le train j'en prends car je crève vraiment de mal. C'est effectivement un truc terrible car le mal s'estompe assez rapidement et pour la première fois depuis 5 jours, je n'ai plus trop mal. Je ne sais pas ce que c'est comme truc, mais ca m'aide à tenir jusqu’à Delhi.
 
Arrivé à Delhi et vu la douleur, je décide de prendre un meilleur hôtel mais quand j'apprends le prix (800 Roupies, soit 20 EUROS la nuit), je me dis que je préfère mes hôtels pas chers et j'en trouve un correct avec TV et eau chaude pour 300 Roupies.
 
J'ai tellement mal en arrivant que je demande un hosto pas trop loin et un gars de l’hôtel m’emmène dans un hôpital (américain, selon lui). A mon avis, c'est juste parce qu'ils ont un jour soigné un américain, mais moi je veux juste voir un toubib. Je rentre donc dans l'hosto, plutôt propre pour l'Inde où je montre à une brave dame que je souffre du dos et de la poitrine. A travers des couloirs, elle m’emmène dans une salle ou je retrouve une canadienne qui attend son copain. Ils ont eu un accident avec leur rickshaw qui, bourré, est rentré dans un bus à l’arrêt. Elle va bien mais son mec à la main (ou le poignet) cassé et souffre aussi du dos. Ils sont là depuis 24 heures.
Welcome in India.
 
Finalement un mec vient me chercher et je lui explique tant bien que mal ce que j'ai. Il palpe un peu et m’emmène pour des radios. L'appareil mériterait d’être dans un musée. Il est déplacé par deux gars à la main. Je dois me déshabiller... laissant apparaître toutes mes pochettes avec mes papiers, mes cartes de crédits, mon fric. Ca fait rire les Indiens. Finalement ils prennent deux radios que le toubib examine soigneusement avant de me dire que j'ai une côte cassée et "maybe two". Il me dit que c'est pas grave et se barre. Tout me semble tellement surréaliste que je n'arrive pas à croire ce mec qui ressemble autant à un médecin que moi a une danseuse d’opéra. Ensuite un gars me raccompagne vers l’entrée et me fait sortir de cet hosto.
 
J'ai beau insister pour payer, il me fout carrément dehors (il est plus de 21h00) et je rentre à l’hôtel. La douleur est moins forte et va s’atténuer pendant la nuit si bien que je dors 15 heures avec une interruption d'une heure pour regarder le tennis à l'Australian Open en direct. Au réveil je me sens mieux et je vais changer mon billet de retour chez les Turcs.
 
Là, 2e surprise: la préposée râle parce que la brave fille que j'avais eu au téléphone a tout encodé "without any charge" alors qu'on m'avait dit que ça me coûterait entre 40 et 70 USD. C'est vrai qu'au téléphone, j'avais eu l'impression d’être en communication avec un poste de police belge tellement elle me semblait abrutie, mais maintenant, je l'embrasserais volontiers sur les deux joues.
 
Aujourd'hui, pour la première fois, j'ai donc fait une journée de glande, en me baladant juste dans les alentours de mon hôtel, en rentrant me reposer... juste a temps pour voir le 2e set de Justine et en prenant mon temps.
 
Mon dos commence à aller un peu mieux, que ce soit une fracture ou, comme je le pense un problème musculaire et je retrouve le moral. Je peux vous dire que l'Inde quand on va bien, c'est dur, mais que quand on souffre c'est vraiment l'enfer.
 
Heureusement à Varanasi, j'ai pu compter sur la solidarité des routards. Moi qui me balade avec une valise de médicaments pour les troubles digestifs, je n'avais aucun anti-inflammatoire. Des tas de gens en ont cherché pour moi et je me retrouve maintenant bien pourvu. Heureusement aussi que je suis tombé
sur des Français sympa qui m'ont aidé a tenir le coup car plusieurs fois, j'ai vraiment eu très très peur la bas, tellement les douleurs étaient insupportables.
 
Merci aussi à la mamie de 65 ans qui voyage seule en Inde sans piger un seul mot d'anglais et qui veut visiter le pays ou sa fille s'est installée. Cette mamie a remué ciel et terre (après m'avoir dit et répété " vous, ça va pas, vous avez vraiment une sale tronche, on voit que ça va pas du tout") et qui a passé 1/2 journée à faire le tour des hôtels pour trouver des français ayant des médicaments pouvant me soulager... et qui en a trouvé. Sans tous ces Français, je ne sais pas ou je serais maintenant. Là-dessus je vous laisse.
 
Demain si je vais vraiment mieux, je pars à l'assaut de Delhi et je vais visiter cette ville que je déteste: rien à voir avec Mumbay!
 
Bon week-end à tous et à bientôt,
 
 
Michel
 

Commentaires

Impressionnant .

Écrit par : biglodion | 15/09/2006

Quelle expérience! Vous aurez vécu un voyage et une expérience unique. Ca doit être vraiment passionnant de découvrir un pays si différent de ce qu'on connaît ici en Europe. Comptez-vous illustrer votre blog avec des photos des lieux magnifiques que vous décrivez?
A bientôt pour d'autres lectures!

Écrit par : Khadija | 15/09/2006

Les commentaires sont fermés.