Only in India… - 12/12/2003 A 08h35

| Page d'accueil |

Star Academy - 19/12/2003 A 08h18

»

12/09/2006

Vive la SNCB - 16/12/2003 A 06h46

 
Junagadh (Gujarat) - 33 degrés (trop chaud pour un début d'hiver)
 
Salut tout le monde,
 
Je vous avais laissé le 11/12 à Udaipur au moment où mes petits camarades me quittaient pour d'autres aventures.
 
Apres avoir flâné dans Udaipur à mon aise en regardant simplement vivre les gens, j'ai été manger au resto avec un Anglais qui débute un tour du monde de 10 mois. Son nom est Brown, James Brown (ca ne s'invente pas)... Nous avons croisé le couple de flamands que j'avais vu à Jodhpur et qui fait un voyage de 14 mois. Nous avons passé une soirée exceptionnelle tous les quatre sur une terrasse au bord du lac.
 
Le lendemain, avec une petite gueule de bois, je fais le check out de ma tente et je repars visiter la ville. Je trouve un petit resto recommandé par le LP ( Lonely Planet) ou je mange un truc délicieux (végétarien) pour moins de 50 Roupies (=1 EURO)... boisson comprise.
 
L'après-midi, je fais mes adieux a mon chauffeur qui me dépose à la gare.
Tout le monde a en tête des images de train indien? Les gares, c'est encore plus dingue. Dans chaque gare, il y a des tas de porteurs qui sont capables de tirer des chariots chargés de montagnes de bagages ou de porter deux ou trois valises... sur leur tête. Vachement spectaculaire comme truc. J'étais peinard, accroché à mon sac pour éviter d'être volé quand 200 a 250 jeunes filles (en Inde, vu la démesure, ca doit être une petite classe). Comme d'hab, Le touriste du moment était le sujet de conversation, certaines osant même m'adresser la parole (rare chez les femmes en Inde).
 
Quand le train arrive, c'est la panique: un train indien fait plus de 400 mètres et il faut retrouver son wagon. Ca galope dans tous les sens, les Indiens sont tous chargés comme des mulets de valises, cartons, seaux, sacs divers, malles...
Bref pendant 1/2 c'est un spectacle incroyable. Ensuite quand a peu près tout le monde a trouvé sa place, les gens ressortent pour acheter de la lecture, à boire ou à manger. C'est fou. Dans le wagon face à mon banc se trouvent pleins de gamines qui rigolent en me regardant ( Steph et Philou, pas de commentaire). Tout à coup, 4 gamines sortent et me demandent de poser avec elles devant le train. Aussitôt, le wagon se vide quasi complètement et ils veulent tous une photo avec moi devant ce train. Je dois poser pour une vingtaine de poses.
 
Inde_2003_008b

 

Apres leur départ je retrouve mes deux jeunes flamands qui vont jusqu'à Ahmedabad aussi mais sont dans un autre wagon. Je me retrouve dans un compartiment couchettes avec un couple australien d'une cinquantaine d'années. Lui est très sympa mais sa femme(déjà croisée en ville) est un spectacle à elle seule. Elle a un chignon retenu par un turban, des vêtements indéfinissables ( elle a dû être épouvantail dans une autre vie), sa peau est extrêmement blanche et elle ressemble à Alice Sapritch... en beaucoup plus laid. En plus elle est raide comme un piquet. Elle me tend la main en disant " My name is Petal... like the flower". Elle me précise qu'elle est en Inde pour visiter son "yoga gourou".
OK c'est bon, je vais passer toute la nuit avec une barjo dans mon wagon.
 
Nous quittons la station avec 10 minutes de retard pour un trajet de 10 heures de nuit. Le confort est extrêmement rudimentaire et nous sommes secoués comme des pruniers. Le train semble pencher à gauche puis à droite dans un boucan d'enfer. Nous arrivons à 4h00 du mat sans avoir fermé l'œil a Ahmedabad ou je retrouve Stijn et Liselotte pour 3 heures en attendant chacun nos trains. Dans la gare, c'est vraiment l'enfer: la saleté est repoussante, il y a des mendiants partout et des tas de lépreux et autres handicapés. C'est une véritable cour des miracles. Nous nous installons sur nos sacs en essayant de faire abstraction au maximum de l'horreur qui nous entoure. Quand ils montent dans leur train, je reste seul avec mes pensées en attendant mon train qui arrive avec une heure de retard. Je constate que les voies sont envahies de déjections humaines et de rats énormes. Je me sens vraiment très mal. Au milieu de tout ça des hommes, des femmes et des enfants circulent le long des voies à la recherche du trésor qui leur permettraient de s'acheter de quoi se nourrir. Vraiment terrible.
 
Mon train pour Rajkot arrive enfin et je suis tranquille car il y a peu de monde dans le wagon. Un mec vient me parler mais je peux admirer les superbes paysages du Gujarat pendant les 6 heures du trajet. A Rajkot, je monte dans un rickshaw vers le seul hôtel recommande par le LP. L'accueil est détestable et la chambre petite (mais avec TV). Je sors en ville pour constater que je dois être à peu près le seul touriste du coin. En plus ici tout est écrit en Hindi et Gujarati, illisibles pour moi. Les 2 restos renseignés n'existant plus, je mange des espèces de beignets frits dans la rue. Pas mauvais finalement. Personne ne parle anglais et tout le monde me dévisage sans un mot. Je rentre à hôtel ou je regarde Les incorruptibles à la télé. N'ayant trouvé aucune raison de m'y éterniser, je décide de quitter cette ville dès le lendemain.
 
Levé tôt, je décide de me rendre à la gare de bus pour quitter Rajkot.
Problème, là ou on m'avait dit que se trouvaient les agences, je suis dans l'impossibilité de reconnaître les enseignes. Je traîne donc un peu et je demande "Junagadh" jusqu'à ce qu'un mec m'entraîne en haut d'un escalier où un homme vend effectivement des tickets. Le temps de trouver un gars qui parle 10 mots d'anglais, j'achète un ticket de bus: 40 BEF pour 150 km. Ca me semble honnête. Ils vont me chercher une banquette et m'installent en haut de l'escalier à côté du vendeur. Alors commence un truc inouï: des gens montent l'escalier et viennent me serrer la main.
 
Un vendeur de journaux me parle même pendant 10 minutes en disant "OK?" tous les trois mots. Je dois serrer au moins 150 mains. C'est drôle au début mais après, ca fait un peu peur. Finalement, je comprends que je dois suivre une famille d'indiens vers un bus a 300 mètres de là. Et quel bus... Il s'agit d'une ruine qui pue la merde a l'intérieur. Le chauffeur fait semblant de lire mon ticket et me fixe une place. J'ouvre immédiatement la fenêtre... Une heure après, nous démarrons enfin.
 
Le trajet est un enfer: le bus zigzague sans arrêt et 20 fois au moins, je me dis "cette fois c'est la bonne" et non, nous frôlons un camion, une vache, un autre bus. Je comprends pourquoi le vieux assis derrière moi m'avait fait signe de ne pas laisser passer mon bras par la fenêtre. En plus, tout le bus vibre, plus rien n'est vraiment fixé correctement. Le bruit est infernal. J'arrive enfin à Junagadh. Je prends un rickshaw qui ne pige rien a ce que je lui dis et qui fait le tour des marchands ambulants pour savoir ce que je veux. On trouve finalement un mec qui comprend le nom de mon hôtel et lui explique comment s'y rendre. Il faudra encore trois arrêts d'explications pour arriver à destination. Hôtel sympa et pas cher. Le proprio parle bien anglais et m'explique ce qu'il y a voir. Ballade en ville et légère panique car je ne trouve pas d'eau minérale (vitale pour moi). Je vais manger un morceau dans le seul resto acceptable et je passe 5 fois devant car l'enseigne est en gujarati... Dodo
 
15/12 : levé à 6h00 pour gravir la Girnar Hill et ses 10.000 marches... Il s'agit de se rendre a un temple jain situé au sommet et qui est un lieu de pèlerinage importantissime pour les Hindous. Le début de la montée se passe bien, dans une forêt de teck au milieu de singes qui attendent de recevoir quelque pitance. 4 jeunes mecs venus de loin et parlant un peu anglais m'accompagnent. Ils sont super sympa et ils resteront avec moi toute la journée. Nous montons des escaliers quasi à la verticale dans des rochers.
 
Des tas de pèlerins de tous âges montent et descendent. Des porteurs font même le trajet en portant des personnes âgées dans des sortes de hamacs. Mes 4  nouveaux potes me font partager leur culture lors de nos innombrables arrêts. Le spectacle est incroyable et je suis de plus en plus à l'agonie: j'aurais dû soigner ma condition physique avant le départ! On croise un indien qui descend du sommet en portant sur son dos... un frigo. Ils sont vraiment dingues ces gens... Tout au long de la montée j'ai du serrer des dizaines de mains et répondre aux questions habituelles avec les traditionnelles photos. "your country?"  "what's your name?"... J'arrive au sommet complètement en morceaux. Tout au long de la montée j'ai bu 5 litres de mineral water et de pepsi et j'ai toujours la sensation d'être déshydraté. Un des 4 autres est dans le même état que moi et les autres sont quand même crevés. Les deux jains du groupe m'invitent à les accompagner dans leur culte. C'est vraiment impressionnant. Nous restons deux heures au sommet et des tas d'indiens viennent me féliciter d'y être arrivé. Never again... La descente est pénible car le soleil tape dur. Je rentre à l'hôtel incapable de faire le moindre mouvement. Le soir je retourne au même resto et je croise un homme âgé qui m'explique que son frère est dentiste a Amsterdam et qu'il a beaucoup voyagé en Europe. Il dit aussi comprendre que je vienne en Inde car la Belgique est un pays très dangereux plein de drogue et de violence...
Pendant ce temps là, moi je regarde partout, essayant de trouver la camera cachée. Il me dit aussi ce que je dois manger. Je lui tends mon carnet sur lequel il indique ma future commande... et ses recommandations au cuistot... C'est surréaliste. Au resto, je donne mon carnet et tout le resto (plein) est mort de rire. Ce que je reçois est succulent, végétarien, copieux et me coûte 35 BEF... Un serveur qui parle trois mots me demande d'où je viens. Belgium le laisse perplexe je lui explique: "small country, 10 millions people, near France and Germany". En m'apportant l'addition, il répète mot pour mot ce que je lui ai dit. Manifestement il ne sait toujours pas d'où je viens.
 
Aujourd'hui, je viens d'apprendre que Saddam avait été arrêté. Quand?
Comment? Il s'est rendu? Il a été dénoncé? Il a changé de physionomie? Y a t il d'autres nouvelles dans le monde? Quels sont les résultats de foot du w-e? Merci de me tenir au courant.
 
Demain, je quitte Junagadh pour la côte. Je compte bien essayer de m'y reposer. Je suis un régime végétarien strict (pas de choix) depuis 5 jours... et j'ai déjà perdu 2 crans a ma ceinture. Je rêve de repos car je suis vraiment épuisé aussi bien mentalement que physiquement. Je crois que je vais légèrement raccourcir mes vacances et rentrer en Belgique plus tôt. Je sais que ceux qui m'avaient prévenu seront contents de savoir qu'ils avaient raison mais comme d'hab, je voulais voir par moi-même. Je crois que si j'avais été accompagné, cela eut été plus facile.
 
Se retrouver seul dans des villes dont on ne comprend ni l'écriture ni la langue est très déstabilisant. On a l'impression d'être à la merci de tout et de tout le monde, même si le gens sont très gentils. Ca change de ne pas être abordé par tous les rickshaws et par tous des gens qui veulent vous vendre quelque chose.
 
A Diu, ville balnéaire, tout sera différent... et en plus c'est le seul endroit de l'état qui autorise la consommation de bière et d'alcool.
 
Passez tous une excellente journée et a bientôt. Sorry d'avoir été si long mais la langue française me manque.
 
 
Michel 
 

Les commentaires sont fermés.