salut - 06/12/2003 A 12h02

| Page d'accueil |

il fait trop chaud pour travailler - 11/12/2003 à 12h26

»

12/09/2006

Namaste - 10/12/2003 à 13h55

 
Namaste, bonjour, goeie morgen, hello,
 
Sorry pour le manque de message, mais j'ai eu un emploi du temps très chargé et en plus les connections ici sont merdiques ce qui fait que je mets une heure rien que pour lire quelques messages. Pour le reste ça va. C'est extrêmement dur, mais je tiens.
 
A Puchkar, c'était une petite ville sympa où l'on retrouve tous les couillons d'européens qui se prennent pour des sadus et qui vivent là-bas comme des vagabonds encore plus sales que les Indiens (et ce n'est pas peu dire...) en ayant revendu leurs papiers pour un peu de drogue. Il vaut donc mieux surveiller son passeport là-bas.
 
Le lendemain, je suis parti vers Bikaner dans le désert ou j'étais logé comme un dieu: hôtel super et j'ai mangé sur la terrasse de l'hôtel en admirant un spectacle de danseuses et de musiciens. En visitant le fort, je me suis joint à un groupe de touristes français pour écouter leur guide. Ils avaient un accompagnateur très sympa avec lequel j'ai discuté tout au long de la visite (ça aura son importance plus tard...)
 
Le lendemain, sur la route de Jaisalmer, à la frontière pakistanaise et au cœur du désert, je m'arrête pour voir des vautours en train de "nettoyer" la carcasse d'une vache. Qui s'arrêtent? Mes français dans un bus climatisé.
 
Leur guide me propose de venir les rejoindre le soir a leur hôtel. Arrivée à Jaisalmer, ville sublimissiment surplombée par un fort exceptionnel. De loin, la ville ressemble à un chateau de sable. Etonnant. Mon hôtel par contre est assez merdique. Dans la SDB, j'élève des cafards, des salamandres, des fourmis et pleins d'autres bestioles. Je mets donc mon plus propre tee-shirt, mon pantalon le moins puant et mes chaussures de trek (les plus présentables) et je rejoins mes nouveaux amis dans un ancien caravansérail. Imaginez maintenant que vous prenez un SDF croisé dans la rue neuve et que vous l'invitez au Sheraton... et ben, le sdf, c'était moi. Je quittais mon souk pour un hôtel de rêve. Je me joins à eux pour l'apéro mais je dis au guide que je ne resterai pas manger car ce n'est pas dans mes prix
( je mange chaque jour pour 30X moins cher que les repas de cet hôtel).
Réponse? pas de problème on t'invite...
J'ai donc mangé avec eux un buffet a volonté sur une terrasse merveilleuse surplombant la ville. J'ai discuté avec ces gens qui ont l'impression que, parce que les Indiens parlent anglais, tout voyage doit être beaucoup plus simple qu'ailleurs. La bouffe était bonne mais adaptée pour les occidentaux: dans ce genre d'endroit, ils ne mangent pas du tout ce que les routards mangent dans les petits restos ou sur les marchés...
 
Retour dans mon zoo où je tue un insecte énorme qui se baladait dans la chambre en faisant un vacarme de tous les diables. Le soir, vers 23h00, passage dans la rue d'une fanfare avec grosse caisse, cymbales, trombone et tout le bazar. A l'arrière, un mec assis sur un âne et déguisé comme un pingouin. il s'agissait en fait du début d'une cérémonie de mariage...
 
Le lendemain, mon chauffeur m'invite à rejoindre trois belges pour une visite guidée de la ville. Je vous les décrirai plus tard. On visite une ville superbe avec des tas de havelis, maisons sculptées par les riches marchands du désert. Cette ville est fantastique... Mes compagnons de voyage sont un couple d'ex (????) toxicos avec un look baba cool incroyable et une jeune infirmière de 29 ans. Avec elle le courant passe directement très bien. Ah, j'oubliais: Ce sont des flamands qui se sont rencontrés ici mais qui viennent tous de St-Nicolas. Les 2 babas s'expriment dans un dialecte pas possible que je comprend difficilement. Je me retrouve donc au milieu du désert à parler soit anglais soit du patois flamand...
 
L'après midi, nous rejoignons nos chameaux pour un trip dans le désert.
Comme nous traînons au départ, ces couillons de chameliers nous font faire du galop pendant une heure pour arriver au campement à temps pour admirer le sunset. C'est vachement haut ces bestioles et le mien n'en fait qu'à sa tête. Le chamelier me rejoint chaque fois en me disant "He's a bad boy". Je lui en foutrai moi des bad boy. On arrive au campement ou nous admirons le coucher de soleil et puis nous nous retrouvons autour d'un feu de camp pendant que les chameliers cuisinent. Le repas est délicieux. Nous passons une nuit superbe à la belle étoile et dans le froid. Le lendemain, nous regagnons calmement Jaisalmer. Nous devons puer atrocement...
 
Je décide de rester un jour de plus avec les Flamands à Jaisalmer et le soir, je pars avec Vicky,
l'infirmière manger dans un petit resto que j'ai repère pendant que le couple part de son côté.
Je commande un thalli ( qui n'est pas un train entre Paris et Bruxelles mais un plat du Rajasthan) et je suis comblé: imaginez un grand plateau avec une dizaine de petits plats, plus un bol de riz préparé aux épices locales et un autre d'une sorte de riz sucré et gluant. Le gars m'explique que ce sont tous des légumes du coin. Je ne reconnais rien mais c'est délicieux et je dois en laisser la moitié. Le prix? 85 BEF. Honnête quoi...
 
Bon, là-dessus je vous laisse car je vais manger. La suite sans doute demain car je reste à Udaipar demain... et tout seul (snif).
J'espère qu'il ne fera pas trop chaud sur la terrasse (yerk yerk yerk).
 
Message pour ma maman: au retour, je crois que la lessive ne sera pas
nécessaire. Il vaut mieux prévoir un grand sac poubelle (pour mes vêtements)
et du désinfectant (pour moi).
 
Grosses bises à tous,
 
Mahatma Sandron

Les commentaires sont fermés.